• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Seb GJ

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/09/2014
  • Modérateur depuis le 12/02/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 27 36
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions







Derniers commentaires



  • Seb GJ 13 février 2015 14:36

    j’allais oublier...

    vous parlez de l’opposition des enseignants à la diminution des vacances d’été...
    peut être que certains syndicats s’y sont montrés hostiles, 
    mais la question n’a pas été mise au débat auprès des bases... 
    et l’idée de modifier les vacances germe de plus en plus

    comme pour la réforme des rythmes scolaires où de nombreux syndicats étaient favorables à une réforme avant que leurs bases ne fassent remonter leur opposition lorsque le débat est arrivé en place publique...

    non, arrêtons de discréditer les enseignants en faisant croire qu’ils ne pensent qu’à leurs vacances, car de toutes façons sans une paye convenable, avoir des vacances ne leur est pas forcément profitable...

    non, il reste encore une majorité d’enseignants qui choisissent ce métier par amour des enfants et non pour le confort des vacances...

    mr Barratier, en tant qu’ancien professeur, vous devriez être le premier à les défendre au lieu de laisser entendre (encore une fois) qu’ils ne sont que des fainéants... vous parlez d’ailleurs du problème du crédit apporté aux enseignants dans la société sur votre blog/site : chessy2008


  • Seb GJ 13 février 2015 14:20

    Mr Barratier, 

    dans votre commune, et autour, les enseignants ont travaillé avec les mairies dans l’intérêt des élèves et c’est tant mieux. Il faut bien sur favoriser le dialogue et une synergie.

    « les apprentissages du matins sont plus efficaces » : c’est un propos qui est relativement unanimement admis lorsque l’on parle d’UNE journée d’école. 
    Si l’on regarde sur la semaine, avant la réforme Peillon, avec la coupure du mercredi, les études du chronobiologiste F Testu (et d’autres) montraient que les jours où les élèves étaient les plus performants étaient les jeudi et vendredi ! Aussi bien dans un système à 4 jours que dans un système à 4 jours et demi avec le samedi (avant 2008) !
    Pas le lundi (retour de week end), ni le samedi (3ème matin d’affilé), mais le jeudi et vendredi !

    OR, depuis la réforme Peillon, près des 3/4 des enseignants constatent une fatigue et un manque d’attention les vendredi voir dès le jeudi !!!

    par ailleurs, « on apprend mieux le matin », ne signifie pas « on n’apprend QUE le matin », tous les enseignants ont pu remarquer qu’il est possible de faire des apprentissages l’après-midi, après une période calme « digestive », soit vers 15h30 environ... 

    OR avec la réforme Peillon, ce laps de temps est perdu, soit 3/4h à 1 heure par jour... sur une semaine de 4 jours cela nous fait environ 4h, donc environ l’équivalent d’une matinée...

    BILAN DE LA REFORME PEILLON :
    1 matinée de PLUS (le mercredi),
    1 à 2 matinées de MOINS (les vendredi voir jeudi)
    1 matinée de MOINS (cumul des heures perdues l’après midi)
     = en moyenne 1,5 matinée d’apprentissage en MOINS !!!!

    Bien sûr la réalité des apprentissages n’est pas aussi mathématique !

    Bien plus que le moment de l’apprentissage, la motivation de l’élève et la pédagogie de l’enseignant seront des facteurs déterminants. 

    Aussi il serait grand temps de revaloriser les enseignants et de leur laisser le choix des moments d’apprentissages car ils sont les plus à même de savoir quand LEURS élèves (et peut être pas ceux du voisin) seront les plus aptes et réceptifs aux apprentissages... pour certains ce sera le matin, pour d’autres l’après midi, avec des différences selon les matières abordées...

    Quant au plébiscite des activités par les parents, car 85% d’entre eux y vont, il faut toujours relativiser, car dans ces 85% peut être qu’une bonne partie n’a de toutes façons pas d’autre choix que de laisser leurs enfants participer à ces activités. 

    De plus, votre discours me fait penser à celui de la mairie de Arras, qui a mis en place la réforme Peillon dès septembre 2013. 
    Le même discours de plébiscite, de travail en chœur des enseignants et mairie, des enfants contents de faire des activités, des parents satisfaits par les services proposés (cantine, ramassage scolaire, etc..) bref une situation idilique, pourtant....
    Pourtant lors d’un sondage réalisé au mois de juin (fin d’année scolaire avec la réforme), il reste encore 62% des parents qui constatent une fatigue accrue de leurs enfants par rapport aux années précédentes... et soyons honnêtes, la télévision et internet ne sont pas apparus en 2013 pour augmenter la fatigue de nos chérubins... leur effet néfaste est bien antérieur...
    Non, il s’agit bien de la réforme Peillon qui fatigue les enfants, même si tout le monde est satisfait du périscolaire ! 
    mais si les enfants sont fatigués, comment dès lors favoriser les apprentissages ????
    où est donc l’intérêt des enfants ????



  • Seb GJ 13 février 2015 11:54

    je ne pense pas que le boycott des activités périscolaires change quoi que ce soit... cela arrange le gouvernement, et les élus surtout...

    d’autant que comme vous le dites, elles sont facultatives pour les parents et enfants... 
    donc ne pas y aller ne témoigne pas d’une contestation de quoi que ce soit, 
    ne pas y aller = suivre les possibilités de cette réforme...
    en tout cas c’est mon avis, peut être avez-vous d’autres arguments... ?


  • Seb GJ 13 février 2015 03:49

    de nombreux médecins témoignent actuellement d’une plus grande fatigue des enfants cette année...

    mais en 2008, lorsqu’on a mis les 4 jours, de nombreux chronobiologistes (non médecins) ont alertés sur les effets néfastes de « la semaine de 4 jours »... car cela impliquait des Week end trop longs !!!
     la réforme actuelle ne change rien au problème mais en rajoute d’autres


  • Seb GJ 13 février 2015 03:27

    cher mr Barratier, 


    la supériorité du système « 4,5 jours » sur le système « 4 jours » d’école n’a jamais été prouvée 
    (non plus par les études de Mr Testu, reprises de ça de là dans moult rapports, qui concernent plus des activités cérébrales de type « réflexe » et non les cognitions nécessaires aux apprentissages et qui de surcroît rencontrent des expériences où le système « 4 jours » est supérieur au système « 4,5 jours » mais que l’éminent chronobiologiste choisi arbitrairement de ne pas prendre en considération car elles ne vont pas dans le même sens que sa thèse !)
    en tout cas en ce qui concerne les résultats scolaires ! 

    peut être que vous les distinguez clairement de l’intérêt de l’enfant dont vous parlez, dans ce cas il faudrait préciser ce que vous entendez par l’intérêt de l’enfant...

    par ailleurs, sachant qu’il y a encore beaucoup de parents qui ne travaillent pas le samedi et qu’ils peuvent s’occuper de leurs enfants (et non les laisser dans les cages d’escalier comme le stigmatisent certains élus), est-il dans l’intérêt de ces enfants de les priver de moments familiaux ? n’est-ce pas là un moyen de « responsabiliser » les parents pour qu’ils s’impliquent aussi dans l’éducation de leurs enfants au lieu de laisser cette responsabilité à l’Ecole une matinée de plus ?

    sans parler des parents divorcés de plus en plus nombreux qui se partagent la garde ?
    le divorce n’est pas dans l’intérêt de l’enfant mais c’est une réalité sociale que l’on ne peut nier malheureusement...

    je suis d’accord qu’il y avait de nombreux avantages pour les enfants (et les enseignants et parents) avec la matinée de cours du samedi qui existait avant 2008 : plus de temps pour finir les programme, une matinée moins « stressée », plus d’échanges parents-professeurs, etc...
    d’ailleurs de nombreux syndicats s’opposaient à la réforme DARCOS en 2008 ! 
    ... et s’opposent aussi à la réforme PEILLON aujourd’hui... 

    certains ironiseront en disant que les syndicats (voir « les profs ») ne sont « jamais contents », mais pourtant ces refus sont justifiés et ces réformes ne se résument pas à « j’enlève un matin » ou « je rajoute un matin »... 

    Concernant les « retours » que vous avez de profs syndiqués ou non, nous n’avons visiblement pas les mêmes... car de mon côté j’entends plus d’enseignants se plaindre de cette réforme que d’enseignants qui trouvent que cette réforme favorise les apprentissages... 
    ... mais il y en a ! vous avez raison ! 9% selon le sondage du SNUIPP, sur plus de 16 000 témoignages... mais il ne faudrait pas faire de ces 9% une généralité quand à côté 74% y trouvent un impact négatif !

    là où vous avez encore raison c’est que le périscolaire ne relève pas des enseignants ! 
    même si certains se retrouvent « contraints » d’aider des animateurs débordés... contraints non par la loi mais juste par leur amour des enfants, dans leur intérêt...

    il est d’ailleurs dommage que vous pensiez que cela ne les regarde pas : il serait préférable au contraire qu’ils se sentent concernés et que ces temps périscolaires soient réfléchis avec eux, en concertation, afin de ne pas en faire des « bouches-trous » mais au contraire de véritables temps d’éveil... d’autant que les activités se font souvent sur le même lieu, voire au final en redondance avec ce qui est fait dans le programme scolaire...

    ces activités périscolaires sont parfois payantes, dans 20% des communes selon la CAF, mais ce chiffre risque d’augmenter à la rentrée 2015 avec les nouveaux modes d’attribution des aides de l’Etat...
    mais comme vous le dites si bien, le périscolaire a toujours été privé (souvent associatif) et toujours payant... d’où les inégalités qui en découlent !
    ainsi cette réforme qui augmente le périscolaire, augmente intrinsèquement les inégalités ! 

    là où vous avez également raison c’est que ces activités sont facultatives... pour le moins juridiquement... car moralement elles sont plutôt obligatoires pour les maires envers leurs administrés... d’ailleurs même juridiquement la pente est savonneuse puisque la ville de Marseille s’est vue obligée par le Tribunal Administratif de mettre en place des activités ! 

    mais je suis tout a fait d’accord avec vous : cette réforme entraîne la CONFUSION ! 

    enfin, lorsque je parle de journées d’école raccourcies l’après-midi qui pénalisent le travail des femmes, je me fait seulement l’écho de nombreux mouvements féministes allemands qui aboutissent à cette conclusion.
    mais vous avez raison, la société française n’est pas la société allemande, et même si actuellement il y a encore plus de « mères au foyer » que de « pères au foyer », leur nombre ne cesse d’augmenter, et cette réforme pénalise plus les parents qui veulent travailler et non les femmes en particulier...

    je me garderais toutefois de juger ces parents d’« étourdis » et dans le contexte actuel de voir dans leurs difficultés financières un « choix » au détriment des enfants...
    d’ailleurs les non-étourdis qui font garder leurs enfants à leur frais et non par la société ont vu leur budget plombé par cette réforme car avec elle les prix de garde d’enfant ont augmenté !!! loi de l’offre et de la demande oblige...

    peut être que certains parents ne veulent pas assumer leur rôle dans l’éducation de leurs enfants et préfèrent s’en remettre à la société pour le faire, et ce n’est pas une bonne chose, 
    mais je ne pense pas que cela soir la majorité des parents...
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité