• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Benj Benj 25 janvier 2012 16:36

Bonjour symbiosis.


Je rebondis juste sur : « il existe des licences libres de droits et une communauté d’artistes qui diffusent librement et gratuitement leurs créations. » Rien à voir avec les creative commons, qui sont des licences qui définissent les libertés d’une oeuvre envers son auteur. Mais comment font donc ces artistes pour vivre ? Vente d’originaux ? concerts ? Subventions du CNC ? Ça m’intéresse, car je diffuse également des gravures qui illustrent mes articles, sans rien toucher, bien sûr, et j’en autorise la diffusion sur le web SI il y est mention de mon nom avec lien vers mon blog, et SI le but n’en est pas la commercialisation (License BY-NC pour les creative commons). Mais en fait, je ne contrôle rien du tout. 
Cela fait déjà pas de temps que ce système existe, étant principalement réservé aux artistes qui veulent se faire reconnaître (c’est le meilleur moyen). Donc ce phénomène n’est pas du tout nouveau, mais dire qu’il est en plein développement montre que de plus en plus d’artistes ne s’en sortent pas, et sont prêts à faire du gratuit dans l’espoir d’être un peu plus reconnu. Dans mon cas, j’en viens même à écrire des articles pour pouvoir diffuser mes images.
Ces licences « libres » sont avant tout des publicités gratuites pour les artistes. 
Vivre de son art est réservée à l’« élite ». Pour les autres, il y a la galère.

En tant qu’auteur, je suis contre le téléchargement, mais étant donné le prix de la culture, je comprends qu’on y ait recours. De même que je comprends que l’on puisse voler physiquement des livres dans des grandes surfaces de la culture. Dans le second cas, il vaut mieux ne voler qu’à ce supermarché que je considère bien plus voleur, étant donnés ses chiffres d’affaires.
Je suis pour un accès plus facile, et moins coûteux à la culture, contre le vol par téléchargement . Mais mes faibles moyens m’obligent à y avoir recours.



Palmarès