• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


minusabens 2 juin 2012 17:47

Sisyphe

Et de cinq !

emile wolf s’est exprimé maintes fois sur le mandat confié au Président par le suffrage universel.

Pour ce qui est du potentat, celui qui a la souveraineté absolue dans un état, selon la définition du dictionnaire, le mot désigne avec exactitude le comportement absolutiste de M.Hollande, une attitude contraire au mandat qu’il détient du suffrage universel.

Pour mémoire selon l’article 3 de la Constitution :

La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants
et par la voie du référendum.
Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

Le Président ne réunit pas tous les pouvoirs, ceux-ci appartiennent au peuple qui les répartit entre les différents représentants qu’il élit.

Le président est un arbitre entre les pouvoirs (art.5 de la constiution) que, par principe, la constitution sépare (art. 16 de la déclaration de 1789, art. 23 de la constitution).

Je vous rappelle l’épisode Majorité présidentielle.

A quoi une majorité à la Chambre sert-elle le Président à votre avis ? A colliger le législatif et l’exécutif dans la main du Président, comme Sarkozy et les autres avant lui peut-être ?

Au terme du titre 2 de la constitution un Président n’est pas élu pour diriger l’exécutif et conduire la politique de la nation. Ceci est l’affaire du Gouvernement et lui seul.

Une majorité à l’assemblée ne saurait constitutionnellement être présidentielle, tout au plus,
ayant mission de contrôler la politique de la nation, peut-elle être progouvernementale.

Voilà pourquoi l’élu qui rassemble exécutif et législatif, dispose à sa guise de la souveraineté nationale, viole la constitution et mérite le nom de potentat.

Qu’importe les formes mises pour y parvenir et les avantages tirés ou non, le fait par celui qui est en charge de veiller au respect de la Constitution, d’ignorer la séparation des pouvoirs pour les exercer selon son bon vouloir est un manquement grave à son mandat.

Si Hollande n’est pas Sarkozy, quant au comportement, cela ne l’empêche nullement d’aspirer fort inconstitutionnellement, à la mainmise sur les pouvoirs publics, ce qui s’oppose à leur fonctionnement régulier.

Lisez la constitution vous prendrez conscience de cette évidence.

Tout républicain a le devoir de prévenir la nation contre toute tentative de tels détournements des pouvoirs et institutions publics. . 




Palmarès