• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 28 août 2014 12:30

« Hors de cela nous continuerons de nous enfoncer dans un marécage sans fond. »

J’en profite pour préciser que la métaphore du marécage me semble plus pertinente que celle du mur (on fonce dans le mur !). Il n’y a pas de mur avec un avant et un après, mais un effondrement progressif où tous sont touchés, mais chacun à un rythme et un mécanisme particulier, ce qui fait que cet enfoncement est quasi-invisible (sauf catastrophes de type Fukushima bien entendu).

Nous sommes comme la grenouille dont on fait chauffer l’eau progressivement.

Chaque jour un petit tour de vis antisocial, justifié par une dette, ou un regain de compétitivité, ou des difficultés budgétaires, ou une exigence supplémentaire du MEDEF. Et chaque jour nous nous enfonçons d’un petit cran, sans nous en rendre compte.




Palmarès