• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pascal L 13 septembre 2015 20:14

@lmcal140

La propagande continue. Rien dans ce document n’est crédible pour une personne un peu sensée.
 1) Un rapport russe publié anonymement ne peut pas être pris en compte dans une enquête. Si on ne peut connaître le nom des experts, quelle valeur peut-on donner à leur expertise et les enquêteurs doivent pouvoir les interroger ?
Si les russes ont été écartés de l’enquête, c’est qu’il n’avaient rien à y faire au sens des conventions internationales. On ne peut pas dire que l’on pour rien dans cette histoire et faire partie de l’enquête. Soient ils affirment que le missile est russe et on pourra écouter leurs experts, soit ils sortent de l’enquête.
 2) La CIA n’a pas a craindre que les russes n’ai récupéré des sous-munitions sur le site du crash, car, s’ils l’on fait sans en référer aux enquêteurs officiels il s’agit d’une compromission du site et leur déposition devra être écarté. Donc, si réellement les russes s’étaient présentés sur le site du crash, ils auraient été accompagnés pour établir l’indiscutabilité des faits. S’ils présentent des sous-munitions, qu’est-ce qui prouvera que’elles viennent de ce site ?
3) les seuls radars présents sur les avions de ligne sont des radars météo et on ne parle jamais d’un radar panoramique, ce qui étalit la faiblesse des experts. Les missile air-air ne se guide pas sur les ondes radars d’un avion, car un avion militaire n’utilise son radar que très épisodiquement et les signatures, quand on arrive à les déceler, n’ont rien à voir avec un radar météo. On ne peut pas imaginer un système militaire conçu uniquement pour descendre un avion civil. La poursuite de signatures infrarouges serait beaucoup plus efficaces pour le guidage du missile, mais le missile serait arrivé dans les moteur, ce qui n’est pas le cas.
4) Ce radar météo n’était probablement pas en service, la météo étant parfaitement claire, ce radar était totalement inutile lors de ce vol.
5) la densité des trous observés sur les photos n’est pas compatible avec les sous-munition décrites. 2000 à 4000 projectiles lancés à moins d’un mètre donnerait plusieurs centaines de trous de petites taille. Ce n’est absolument pas le cas. Je n’imagine pas ce type de munitions sur un missile antiaérien à moyenne portée, car l’explosion peut avoir lieu à plus de 50m pour des raisons d’optimisation du guidage (taille des dérives en particulier) et l’énergie de ces munitions aurait disparue avant d’atteindre la cible.
6) une explosion au dessus du cockpit n’est ps compatible avec un missile air/air qui est toujours en tir tendu. Il s’agit bien d’un missile sol/air.
7) la présence d’un Su-25 à proximité du Boeing est loin d’être établie dans un document incontestable. Tout ce que j’ai vu était du même niveau que ce document.


Il s’agit vraiment d’un document de qualité inférieure à médiocre qui ne passe pas l’analyse par un spécialiste. Il faut vraiment que les Russes aient quelque chose à se reprocher pour nous inonder de ces fausses preuves et de témoignages totalement invérifiables.



Palmarès