• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


njama njama 11 janvier 2018 11:45

@Massada  .... le massacre des Chrétiens de Damas en 1860
encore faut-il comprendre pourquoi, et à qui profitait le crime

"L’Occident n’est donc pas laïque respectant le tissu humain qui accepte toutes les confessions et les ethnies ! Il n’est pas non plus chrétien soucieux du sort des chrétiens. Il revêt ce qui convient à son projet colonialiste : au 19eme siècle, il a prétexté la protection des chrétiens pour voiler son intervention colonialiste (18), ...«   »LA CHRÉTIENTÉ, FILLE AUTHENTIQUE de BILAD EL CHAM" le Dr Nadia Khost

(Cette affirmation est bien sûr étayée par de longues notes et liens qui peuvent permettre à chacun de vérifier ces faits.)

(18) Une intervention humanitaire en Syrie il y a 150 ans par Pascal Herren :
http://www.silviacattori.net/article4512.html

(19) Émeutes de 1860 : note de l’auteur :

Parmi les événements qui ont préparé l’intervention étrangère soi-disant pour la protection des chrétiens, des massacres qui ont eu lieu en juillet 1860, simultanément en Syrie et au Liban :

Dans le livre d’Elias Boulad, descendant de la famille Boulad, réputée dans la production des soieries de Damas « livre des arts et métiers damascènes » page 173 : «  la famille Boulad a utilisé des procédés perfectionnés pour la confection du Jacquard »

L’effondrement de la sériculture en France, à cause de la maladie du ver a soie en 1860, ils se sont tournés vers la production de soie syrienne et libanaise, qui concurrençait la production lyonnaise. Les massacres des chrétiens qui travaillaient la soie ont été motivés par la mainmise sur la production de la soie, leurs habitations et leurs ateliers furent également détruits.

Le wali ottoman de Damas Ahmed Pacha fut complice de ces massacres en n’envoyant pas ses soldats pas pour protéger les chrétiens.

Le but donc était : 1) d’anéantir les producteurs et les plus habiles artisans de la soie.
2) de déporter ce qui restait des chrétiens vers la France et Beyrouth, chaque caravane comportait 3000 personnes.
(pages267- à 276)

Ainsi la France mit fin à la concurrence économique et s’appropria la production de soie brute syrienne et libanaise, et la chambre de commerce de Lyon était libre de fixer les prix mondiaux de la soie. Et ainsi fut détruite la renaissance industrielle damascène menée par les chrétiens.

Les chrétiens de Midane qui travaillent les céréales n’ont pas été concernés par ces massacres. alors que les chrétiens de Quemariye qui travaillaient la soie ont été visés.

Plus tard, la chambre de commerce de Lyon a accueilli Gouraud qui allait en Syrie et au Liban pour les mettre sous protectorat, elle lui a mis comme condition d’interdire de couper les muriers, car les paysans les coupaient pour planter des arbres fruitiers. Les producteurs et artisans damascènes ont résisté à l’occupation française car ils tissaient à l’orientale et exportaient vers l’Egypte, le Soudan, l’Irak et autres, et la France a mis la main sur la matière brute. En 1915, la Chambre Lyonnaise de Commerce a envoyé une lettre au Ministère français des Affaires étrangères, encourageant l’État français à dominer la Syrie (Syrie – Liban – Palestine…). Car la Syrie est un pays producteur de la soie et doit rester dépendante du marché de Lyon, qui importait chaque année (500 Tonnes) de soie syrienne.

Lire sur le même sujet :
- Syrie, mon amour. 1860, au cœur d’une guerre oubliée », roman historique de Christine Malgorn, paru chez l’Harmattan
http://www.lesclesdumoyenorient.com/Christine-Malgorn-Syrie-mon-amour.html

[Vidéo] (9’42) « Syrie, mon amour. 1860, au cœur d’une guerre oubliée »
Par Christine Malgorn
http://arretsurinfo.ch/video-syrie-mon-amour-1860-au-coeur-dune-guerre-oubliee/

La société du Mont Liban à l’époque de la Révolution industrielle. chapitre XIV, " La soie devant les techniques et les besoins de l’Europe". pages 210 à 242

Lettres d’Abdel Kader publiées par la Gazette de Lyon (archives)




Palmarès