• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Axel_Borg Axel_Borg 7 décembre 2018 13:31

@Lionel,

Oui des 4 du Next Gen, Karen Khachanov est en effet le plus esthétique aussi pour moi à voir jouer. Coric et Zverev c’est trop du tennis baston, et Tsitsipas me plait moins que le Russe.

Si l’on veut éviter deux Petits Chelems de Nole (en considérant que Rafa parvienne quand meme à garder son bastion parisien) en 2019 et 2020 (ce qui le mènerait à 20 GC dans deux ans, soit co-recordman avec Federer) sans parler de la Masters Cup, il n’y a de toute façon pas 50 scenarios possibles :

un dernier feu d’artifice de Papy Fed Ex, assez improbable mais pourquoi pas ? A Wimbledon j’ai du mal à y croire s’il va disputer le French avant, l’US Open est trop exigeant physiquement, il ne reste alors que l’OA à condition que la concurrence ne soit pas au diapason, mais 2019 ne sera pas 2018 (je ne parle pas de 2017 où le Suisse avait sorti un tournoi énormissime).

un Nadal capable de battre le Serbe à Wimbledon, Melbourne ou Flushing, là aussi j’en doute si Djokovic est à 100 %, mais why not. D’abord à l’US Open, ensuite à l’OA et en dernier lieu à Wimby.

- un vrai retour aux affaires de Murray et Wawrinka, voire de Del potro et Cilic qui manquent toujours l’avant-dernière ou la dernière marche en GC, je ne parle plus de Berdych et Tsonga pour qui c’est selon moi beaucoup trop tard

l’éclosion d’un (faux) espoir jeune, qu’il ait pour nom Zverev, Khachanov, Tsitsipas, Coric, Goffin, Dimitrov, Kyrgios, Thiem, Edmund, Chung, De Minaur, Rublev, Medvedev, Schwartzmann, Raonic, Nishikori, Sock ou Tiafoe ...

Comme chaque année depuis très longtemps en fait, 2019 sera un carrefour de vérité pour tous les noms que j’ai cite, alors que Djokovic, Nadal et Federer ont le luxe de poursuivre leur rêve sans grosse pression, leur place au pantheon du tennis étant largement assuré. Le seul débat pour eux est de savoir s’ils occuperont le trône du GOAT, un fauteuil de pair comme Sampras, Borg, Rosewall, Tilden, Perry, Budge ou Laver, voire un strapontin comme Agassi, Vilas, Nastase Connors, McEnroe, Wilander, Edberg ou Becker.

Pour tous les autres que le triumvirat despotique du tennis masculin, le temps qui passe inexorablement réduit leurs chances de grappiller des victoires en GC (ou Masters Cup a minima) face aux trois monstres du Big Three ...

Et ce qui est intéressant quand on regarde d’autres sports, c’est qu’il faudra se dépêcher car souvent ce ne sont que des périodes de transition avant d’autres règnes.

F1 : dernier titre du Kaiser Schumacher en 2004, règne avorté d’Alonso en 2005-2006 puis Raikkonen en 2007, avant que Lewis Hamilton et Sebastian Vettel ne confisquent 9 titres sur 11 entre 2008 et 2018 (tous sauf Button en 2006 et Nico Rosberg en 2016). Et sauf progression de Red Bull pour Max Verstappen, Black Senna et Baby Schumi seront de nouveau les grands favoris en 2019.

Cyclisme : dernier maillot jaune de Lance Armstrong en 2005, interim assure par Landis / Pereiro en 2006 avant la période Contador (2007-2010), transition de Cadel Evans en 2011 et Bradley Wiggins en 2012 avant le règne de Chris Froome entre 2013 et 2017, seulement interrompu par Vincenzo Nibali en 2014. Si le Kenyan Blanc ne gagne pas en 2019 face à Thomas, ce sera à Tom Dumoulin de saisir la chance que Bardet et Quintana ont rate trop de fois, avant que le jeune Colombien Bernal et le nouveau Merckx belge, alias Remco Evenepoel, ne parviennent à maturité.

Football : 10 ans de Ballon d’Or entre Messi et CR7 entre 2008 et 2017, avant un BO de transition de Luka Modric en 2018 qui prefigure peut être les années Kylian Mbappé, mais d’autres espèrent soulever le prestigieux trophée de FF : Hazard, Dybala, Neymar, De Bruyne, Aguero, Salah, Coutinho, Firmino, Griezmann, Kane, Isco, Asensio, Sané, Donnarumma ...

Moto GP : dernier titre de V. Rossi en 2009 avant que Marc Marquez n’écrase tout à partir de 2013 en catégorie reine, Lorenzo (2010 et 2012) et Stoner (2011) auront grappillé des couronnes de transition.

Je me souviens avant la finale de l’US Open 2002, dans les colonnes de L’Equipe Philippe Bouin concluait son article par une remarque : Lleyton Hewitt est trop seul pour jouer les nettoyeurs afin de battre Pete Sampras et Andre Agassi encore finalistes dans le Queen’s. Moins d’un an plus tard, un certain Roger Federer débutait son règne en 2003 à Wimbledon. Comme quoi tout peut changer très vite !!




Palmarès