• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


sobriquet 16 mars 2010 15:54

Je persiste, les plantes que l’on trouve dans la nature ont été testées, et pas par un chercheur motivé par sa seule prime d’intéressement.

Je crois juste que vous ne comprenez pas mon propos. Pour qu’une baie soit considérée comme toxique, il faut que l’on l’ai testée. Et on a pris cette initiative bien avant que le premier laboratoire d’agronomie ouvre ses portes. Si nos ancêtres avaient dû attendre qu’on invente les laboratoire pour tester leur alimentation, on ne serait plus là pour en parler. Ils y ont gouté, se sont intoxiqués parfois, donné des conseils aux autres souvent. Des générations successives se sont nourries de châtaignes, de pissenlits, et de dizaines d’autres herbes sauvages. Nous avons co-évolué avec ces plantes, nous avons appris à nous y fier et à nous en méfier, à distinguer les plantes comestibles des plantes toxiques. Certaines ont causé des troubles à long terme, bien sûr, peut-être même des effets teratogènes, qui sait ? Mais leur consommation par des centaines de générations successives constitue une garantie suffisante de leur fiabilité. Des tests de cette qualité, même les meilleurs laboratoires du monde ne pourront jamais nous les fournir.

Vous oubliez un peu vite que l’Humanité n’est pas née toute armée de ses laboratoires et de son agro-industrie. Nous somme issus d’une très longue sélection naturelle, et héritiers d’un savoir agricole qui a longtemps assuré notre survie.

L’émergence de l’agronomie de laboratoire a eu tendance à nous faire oublier cela : nous ne connaîtrons jamais tous les processus biologiques, mais nous savons déjà ce qui marche. A choisir entre manger des pissenlits et manger un OGM, je n’hésite pas une seconde.




Palmarès