• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


emile wolf 26 novembre 2010 14:53

Bonjour JL

Je respecte votre opinion et constate ou je n’ai pas compris que vous êtes plus pour blanc bonnet que bonnet blanc.. Simple question de syntaxe. Vous avez sans doute raison.

Pour le reste chacun son opinion sur le leadership allemand et sa manière de défendre ses intérêts. Je note cependant un point dans l’analyse que vous présentez à propos de la Grèce.
Demandez l’opinion de Madame Lagarde. Laquelle Ministre des finances constatant que les banques de notre beau pays étant le principal créancier de l’état grec, réussit à convaincre notre distingué président qu’aider les Grecs c’était s’aider soi-même. Lequel à son tour sut convaincre nos cousins germains qu’il serait plus économique de voler au secours d’Athènes que de soutenir la déconfiture de Paris.

Vous critiquez l’attitude de l’Allemagne, libre à vous ! Grâce à son potentiel de production, elle profite énormément du marché européen, c’est vrai ! Elle doit ainsi beaucoup à l’Europe . Je constate pour ma part que sa contribution à l’Union Européenne est nettement plus élevée que la nôtre et que, sans elle, l’Union ne vaudrait pas cher.

En supplément, j’observe que si la fiscalité allemande sur les entreprises est plus juste que la nôtre elle reste tout aussi lourde. Quant au charges sociales il est très difficile de les comparer. Toutefois sans entrer dans le détail ces charges pourraient bien, en fin d’analyse, être, aujourd’hui, plus élevées que dans notre pays où les niches sociales s’èlèveront en 2011 à plus de 62 milliards un manque à percevoir de 22% pour l’ensemble des recettes de la Sécurité Sociale.

Renseignez-vous bien à ce sujet ! Sylvain Reboul, un des membres d’Agoravox qui dirige un entreprise à Hildesheim (Basse Saxe), vous le confirmera, s’il prend part à ce débat.

Les handicaps sont donc sensiblement équivalents dans les deux pays, pourtant les entreprises allemandes délocalisent moins que les nôtres, même si elles n’hésitent pas à multiplier les filiales à l’étranger ou à absorber des entreprises étrangères pour développer leur part de marché. 

L’Allemagne qui possède l’Euro n’en est pas moins un des deux leaders mondiaux de l’exportation en valeur absolue, voire le premier depuis le 3ème trimestre 2010. L’euro n’est donc pas un véritable handicap, contrairement à ce qui se raconte ici. C’est très certainement la manière de s’en servir et d’en profiter qui diffère.

Quant à la dette gobale de l’Allemagne Fédérale elle est aussi importante que la nôtre mais le PIB étant trés supérieur et le nombre de foyers fiscaux aussi, elle pèse moins lourd sur chaque contribuable et ne fait ni trembler les marchés financiers ni perdre la confiance des porteurs d’obligations et bons du trésor.

L’impotence de l’Union renvoyée à la face du monde est une bien jolie phrase, analysée dans le contexte économique international c’est, sauf votre respect, une élégante ineptie. Allez demander aux USA de couvrir la dette grecque ou d’un quelconque état de l’Amérique latine et rendez-nous compte du fruit de votre démarche !
Songez aussi à l’impotence de la France. J’ai du mal à suivre un tel concept métaphorique. 
Un peu de réalisme, de recul et la confrontation d’informations d’origine complémentaire permettent quelquefois de mieux appréhender une situation avant de subir les influences et données unilatérales qui génèrent souvent les préjugés. 

Charité bien ordonnée commence par soi-même. Ceci est un proverbe local, pas allemand ou patagon. Le traitement réservé aux Roms dans notre pays est bien différent de celui que ceux du Kosovo ont recu pendant 12 ans en République Fédérale et recoivent encore puisque leur état d’origine refuse de reconnaître la plupart d’entre eux comme ressortissants et qu’ils sont sur le point de devenir apatrides, c’est à dire définitivement sur les bras de l’état fédéral. Environ 14.000 personnes sont concernées. Ceci constitue une preuve de solidarité indiscutable, le Kosovo n’étant pas membre de l’Union.

Si vous m’autorisez à conclure :

Je ne pense pas qu’il soit utile dans le cadre d’une question de droit et de bon sens : La France peut-elle quitter l’Union Européenne ? de faire le procès des comportements des uns et des autres.Mais libre à vous d’attirer l’attention sur cet aspect. En revanche, ceci me semble un excellent sujet d’un article que je vous encourage à écrire. Vous pourrez y développer à loisir avec votre talent et votre perfection lttéraire vos idées et vos arguments. Il sera, pour nous tous, d’un grand enseignement et je le lirai avec un grand intérêt et une grande attention.
 
A bientôt et merci de votre intervention.




Palmarès