• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Dmx (---.---.8.124) 2 juin 2006 12:00

Les progrès techniques n’ont qu’un impact limité sur la courbe de production de pétrole d’un champ pétrolifère donné. Comme celà a été bien montré par C. Campbell dans le cas du champ du Prudhoe Bay en Alsaka, cela ne change pas fondamentalement la courbe de production. De plus, plus on décale le pic de production par des artifices techniques, plus la chute est vertigineuse après le pic, comme celà se produit en ce moment même dans les champs de la mer du Nord ou dans le champ de Cantarell au Mexique (prévision de baisse de production de 7% par an).

Bien-sûr on peut augmenter le taux de recouvrement, c’est à dire la quantité de pétrole extractible d’un puit donné. Mais plus on essaye d’augmenter ce taux, plus cela coute en ENERGIE. Le pétrole qui reste est plus difficile à extraire et à raffiner. Savez-vous qu’en Arabie Saoudite, on injecte plus d’eau de mer dans les puits qu’on extrait de pétrole, pétrole lui-même pollué par le sel.

Le résultat, c’est que même si on peut augmenter la quantité de pétrole extractible, le « nouveau » pétrole coûte beaucoup plus cher en argent mais surtout en ENERGIE. Et il reste toujours du pétrole dans un puit car il faudrait plus d’énergie pour l’extraire que celle qu’on obtiendrait : le pétrole n’est alors plus une source d’énergie mais juste un vecteur d’énergie ce qui est très différent. D’autres exemples de vecteurs sont l’hydrogène ou encore les bio-carburants.

Le rapport clef, c’est le EROEI, "Energy Returned On Energy Invested". Il était très élévé pour les puits du Moyen-Orient (plus de 10 contre 1) mais est par exemple de 3 contre 1 voir moins pour les schistes bitumineux d’Alberta au Canada, ou ceux du Venezula.

L’énergie n’est pas une commodité comme une autre. On ne peut pas transformer des dollars en pétrole, même si on dispose de milliards. Il faut que ce pétrole existe et qu’on dispose des moyens de l’extraire. Si on ne trouve pas de source alternative d’énergie abondante à court terme (10 ans), ce qui parait de plus en plus probable, notre modèle économique va s’effondrer car il POSTULE l’absence de limites à l’énergie disponible, et surtout la croissance perpétuelle de sa consommation.

Vous vous demandez encore pourquoi les ultra-riches s’enrichissent et s’enrichissent encore ... ils préparent leur avenir.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès