• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Stéphane L. Stéphane L. 1er décembre 2011 11:24

Comme souvent chez Michel T. il y a une affirmation et son contraire. Il existe évidemment un anthropocentrisme ravageur dans les religions monothéistes, particulièrement la chrétienne où Dieu s’est fait homme et pour qui la souffrance animale n’est vraiment pas une priorité. On y trouve d’ailleurs les plus virulents adversaires de l’écologie perçue comme un paganisme. J’ai toujours en mémoire ces réflexions, l’une citée par P. Rabhi dans « Graines de possible » de la part d’un « fervent chrétien » : « Si pour sauver un homme, je devais exterminer toutes les baleines et tous les éléphants, je n’hésiterais pas une seconde. », l’autre à la fin du film « RAS » de Alain de Halleux, par un haut responsable du nucléaire en France : « Une civilisation qui a construit les cathédrales est capable de gérer le risque nucléaire. » (de mémoire). Je me souviens aussi d’un brillant exposé d’un « nouveau » philosophe se terminant par (aussi de mémoire) :« Nous sommes arrivés à un moment où il faudra choisir entre écologie et humanisme. » ! 

Je pense que les récits bibliques doivent être continuellement relus. L’homme est sorti de l’équilibre par la prédation (« Comment sais-tu que tu es nu ? ») ; il est son propre -et cruel- prédateur et la bible est le récit à poursuivre de cet affranchissement. La conscience de notre responsabilité face à notre nature est la même que face à la « nature » ; c’est la seule urgence. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès