• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 7 décembre 2011 12:24

Le marronnier de la période des fêtes de fin d’année : le sexisme dans le jouet !

Effectivement, l’article met bien la charrue avant les boeufs....prétendre que les jouets influent sur le comportement de l’enfant et le pose sur une voie sociale conditionnée par son appartenance à l’un des deux sexes, c’est oublier qu’il y a eu deux sexes avant l’invention du catalogue de jouets...

Beaucoup d’arguments ne tiennent pas la route dans la réalité...
D’abord, il est un âge où l’enfant, qu’il soit fille ou garçon, va s’identifier à sa mère puis à son père, puis sans doute de nouveau à sa mère pour enfin réussir à situer son identité propre entre les exemples de ses deux parents.
Ainsi, quasiment tous les petits garçons réclament à un moment, un « jouet de fille » et vice versa. Le mien a eu une poupée, mon neveu de 5 ans veut une planche à repasser pour Noel, ma nièce a eu une très longue période « voitures de course »...aucun des trois n’a développé à ce jour de trouble identitaire...ils ont reproduit la gestuelle des deux parents, testé, puis finalement choisi ce qui leur convenait.
Vous ne pouvez pas, sous couvert de bonnes intentions, revenir sur cette simple évidence qu’ataviquement, les garçons sont différents des filles. Le fait que la femme porte l’enfant pousse très tot la petite fille à reproduire les gestes de sa mère vis à vis d’elle, et à être maman à son tour dans son comportement créatif et imaginatif...chez papa, elle prendra ce qui lui sied, ce qui lui manque, ce qui la convainc.
Idem a contrario pour le petit garçon...il sait qu’il n’est pas et ne sera jamais celui qui porte l’enfant...une fois le deuil de la maternité fait pour lui (la période peut etre plus ou moins tardive selon les enfants...mon fils a porté des nounours sous son pull pour avoir un gros ventre quelques mois quand meme), il se tournera naturellement vers le role de protecteur de la mère que lui assigne NON PAS LA SOCIETE mais sa nature d’homme même. Je ne serai jamais « enceint » donc je protegerai la femme qui elle, peut reellement etre enceinte.
Vous n’y pouvez rien.
Votre analyse du catalogue a beau etre juste, ce dernier n’en est pas moins un reflet exagéré et outrancier de la nature homme/femme.
Je vous invite à continuer cette discussion lorsque vous aurez eu le loisir d’observer et de voir grandir vos propres enfants, dans cet univers neutre que vous proposez, et quand vous constaterez enfin vous meme le processus que je vous ai décrit ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès