• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 29 février 2012 15:41

Dans la plupart des discussions actuelles autour de la liberté d’expression, on bute sur la formule « on n’a pas le droit de dire n’importe quoi, de dire des contre-vérités ». Le débat public exige cependant, pour être républicain et efficace, que l’on ne fasse pas de la vérité supposée des propos le critère d’un droit à la parole et un préalable à l’ouverture des discussions. La vérité est ce qui a résisté à la critique, et pas ce qui en a été protégé.


 La vérité des propos n’est pas davantage le critère du droit à la parole que l’innocence du mis en examen n’est le critère du droit à un avocat ET à un jugement en contradictoire. C’est d’ailleurs ce qui permet l’expression des croyances religieuses.

  On n’invoque jamais l’horreur du crime pour supprimer ou limiter ces droits de la défense et le droit non seulement à un procès en bonne et due forme, mais aussi à un appel et à un recours en cassation. Dans le domaine politico-intellectuel, il suffit que des propos soient déclarés « inacceptables » par une minable caste associativo-médiatique, qui trépigne son indignation, pour que toute argumentation soit abandonnée, et exclue des grands médias.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès