• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Francis, agnotologue JL1 6 mars 2012 10:08

Je lis :

« (Jusqu’à cette époque), la loi fondamentale de la Société a été la solidarité  ; elle est maintenant devenue la lutte de tous contre tous, dont les « marxistes » développeront une version allégée, la « lutte des classes ».

Je dis pas du tout ! Ce n’est pas l’État, en déliquescence partout pour cause de conversion générale à la pensée néolibérale, qui organise la lutte de tous contre tous, c’est au contraire l’UE illégitime qui, par la destruction systématique des protections sociales et la libre circulation des capitaux impose la concurrence libre et non faussée partout en son sein, sans aucune protection, pour le plus grand bonheur des traitres de l’intérieur et des dragons de l’extérieur.

Un bon exemple de ce que cette pensée néolibérale a de pernicieux et de dévastateur nous est fourni par l’auteur lui-même qui écrit ici : »Vu de droite, l’État est le représentant du bien commun« 

à quoi il ajoute, je cite : » Il est évident, (dit la gauche), que l’État est l’organisation des inégalités de la société, le produit d’une domination de classe« 

Dont acte, direz vous : l’État est au service des nantis, ça on le savait déjà.
Pas du tout, nous dit maltagilati ! spécialiste hors pair de l’embrouille, voici qu’il annonce dans la foulée, ça ne s’invente pas : »L’origine de l’amour de la Gauche pour l’État se trouve ainsi, moyennant ceci, cela ..." !!!

Se prévalant une première fois fois de sa turpitude - l’amalgame sophistique que je dénonce ci-dessus -, l’auteur renvoie dos à dos le keynésianisme authentique et le keynésianisme dévoyé par la droite - disons pour faire court, la théorie du ruissellement -, l’auteur s’en prévaut une deuxième fois, je devrais dire au carré, pour soutenir qu’il faut encore plus de saignée au malade, encore plus de libéralisme à un malade qui meurt d’inanition !

Ils ont tué l’État social, inoculé la peste à l’État bourgeois, et se présentent comme les sauveurs en dernier recours d’un malade en phase terminale victime de leurs inepties.

Un comble !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès