• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Kader Hamiche Kader Hamiche 28 mars 2012 17:23

Cher M. Lazlo, 

Eh, oui ! Pourquoi ?

Parce qu’ils se tiennent tous par la barbichette. 

1/ De Gaulle était tout sauf un imbécile. Il a négocié avec le parti le moins bien vu en Algérie parce que le plus susceptible de faire des concessions. Le prix à payer par le FLN pour récupérer le pouvoir au nez et à la barbe des nationalistes algériens sincères et francophiles a été l’abandon du Sahara. Cette clause secrète des accords d’Evian a été et reste camouflée sous une souveraineté factice de l’Algérie sur ce territoire. L’Algérie, qui n’a jamais eu d’existence en tant qu’état depuis que l’Empereur Caligula a, en 40, annexé la Maurétanie après avoir assassiné son dernier roi berbère Ptolémée, fils de Juba II et de Cléopâtre-Séléné, fille d’Antoine et de la reine Cléopâtre d’Egypte, est un « concept » forgé par les Français à partit du mot « Alger » (comme « Tunisie » à partir de Tunis) en 1839. Elle n’avait rien à voir avec le Sahara. Celui-ci a été conquis de haute lutte (3 ans) contre les Touaregs qui vivaient de piraterie contre les caravanes marchandes. De Gaulle était prêt à lâcher ce qui lui paraissait un poids, c’est-à-dire une population dont il prévoyait un développement exponentiel au-dessus des moyens de la France, mais il refusait d’abandonner le Sahara. Dont acte grâce aux Accords d’Evian. C’est la principale raison du désarmement et de l’abandon des Harkis. Ceux-ci, 210 000 en armes au début de 1961, étaient un obstacle insurmontable pour les fellaghas (l’ALN disposait de moins de 30 000 hommes aux frontières). De Gaulle les a fait désarmer pour permettre au FLN de prendre le pouvoir. Des massacres limités étaient bel et bien programmés par le FLN pour l’après 3 juillet 1962, mais les populations jusque là hésitantes et attentistes ont trouvé là l’occasion de se racheter. On les a appelées « les martiens » parce qu’elles se sont découvertes nationalistes après le 19 mars 1962. C’est là le véritable ciment du peuple algérien et non sa prétendue unité dans la lutte pour l’indépendance. Pour info, depuis lors, la part de l’Algérie dans les bénéfices de l’exploitation des ressources pétrolières du désert par ELF puis Total n’a jamais été supérieure à 1/3. 

2/ Pendant les six ans que dura la pseudo guerre d’indépendance, l’oléoduc de Hassi Meassaoud à Bougie n’a jamais été plastiqué une seule fois. Et pour cause ! La France payait 1 milliard de Francs de l’époque au FLN pour éviter cet ...inconvénient. C’est Paul Delouvrier lui-même, ancien gouverneur de l’Algérie de 1958 à 1960 puis patron d’EDF pendant 10 ans, qui l’a déclaré à deux reprises sans que ça émeuve trop le landerneau politico-médiatique. Il m’étonnerait qu’on en parle à Marseille. 

3/ Les valises, M. Lazlo, les valises. L’Algérie, comme le Maroc, comme le Gabon et toutes les autres anciennes colonies a arrosé TOUS les partis français pour qu’ils la ferment... Peut-être quelqu’un nous en dira-t-il plus ce week-end ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès