• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


auguste auguste 28 mai 2012 17:14

@ L’auteur

Je vous cite :

« Actuellement le régime de maladie et de retraite des agriculteurs fonctionne toujours comme cela. Non seulement les cotisations maladie et retraite des paysans est basé sur leurs seules déclarations à la MSA, la mutualité sociale agricole, la sécu des agriculteurs. Ce qui fait qu’ils déclarent à peu près ce qu’ils veulent, pour des raisons particulières qui mériteraient elles-aussi une explication. Mais en plus à déclaration égales par rapport à un salaire de salarié de base, ils payent des retenues beaucoup plus faibles. Ils cotisent en réalité plusieurs fois moins que s’ils étaient salariés du régime général. Au moins cinq fois moins. Mais ils sont remboursés pareil par la sécu. Quelqu’un doit payer pour eux. Le régime général. La MSA n’est jamais en déficit officiellement. Sinon elle devrait se déclarer en faillite. »

Les cotisations des exploitants agricoles sont calculées selon leur revenu cadastral et les bénéfices agricoles qui découlent des cultures ou des élevages pratiqués, et non pas sur ce qu’ils déclarent.
Les contrôles sont plus sévères et plus fréquents que vous ne le pensez.
Contrairement à ce que vous affirmez, le déficit chronique de la MSA n’est pas imputable à des retenues beaucoup plus faibles, mais à la désertification de nos campagnes.
Celui qui ne possède pratiquement que des friches n’en retire aucun bénéfice, mais, pour une cotisation symbolique, a droit à l’aide d’un système social solidaire.
Renseignez-vous sur le nombre de « propriétaires » qui pourraient prétendre au RSA, vous risquez d’être surpris.

Ne perdez pas de vue le fait que la MSA est un guichet unique, qui regroupe dans un seul immeuble les activités d’une CPAM, d’une CAF, d’une CNAVTS, d’une ou
plusieurs caisses compétentes en matière d’assurances vieillesse et accidents du travail des non salariés, de l’URSSAF, de la Médecine du Travail, des Services Sociaux, etc..

Un seul immeuble, c’est également une seule organisation en ressources humaines et matérielles, un seul Directeur Général, un seul DRH, un seul Directeur Financier, un seul Conseil d’Administration.

Dire que la MSA est un gouffre financier revient à ignorer le fait que ses frais de fonctionnement sont huit à dix fois inférieurs à ceux de l’intégralité de notre protection sociale à organismes multiples.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès