• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


xbrossard 5 juin 2012 16:54
@ John_John 

«  une hérésie puisque le salarié sacrifie sa liberté pour être subordonné à un patron »>> N’importe quoi puisque le salarié choisit cette méthode de travail alors qu’il pourrait tout aussi bien être travailleur indépendant, fonctionnaire ou créer sa propre entreprise. 

donc si je suis votre raisonnement, si on crée le statut d’esclave, avec garanti à vie d’avoir à manger et un toit dans les régions les plus pauvres du monde, le peuple va avec joie choisir ce mode de vie plutôt que d’être un chômeur....si c’est ce que vous appelez choisir...

« De plus, si votre salarié n’est pas content de sa situation, il peut toujours partir, contrairement à l’esclave. »

bien sûr, on est d’égal à égal : la multi-national qui contrôle le marché, contre le salarié tout seul. S’il part crever dans son coin, c’est un choix qu’il peut faire...

« de surcroît, de nombreux salariés travaillent dans des entreprises organisées horizontalement donc sans »subordination à un patron« 

seul les artisan n’ont pas de subordination à un patron...parce qu’ils sont leur patron

 »et beaucoup de salariés choisissent le salariat uniquement à court-terme pour économiser un peu d’argent avant de créer leur boite.« 

plus le temps passe, plus la concurrence baisse les salaires, et plus les chances de devenir entrepreneur par les salariés diminuent...c’était d’ailleurs le but des grands patrons au début de la révolution industrielle : abrutir le salariat par trop de travail avec un salaire de survie pourqu’il ne puisse jamais s’en sortir

 »Bref le salariat n’est qu’un statut parmi d’autres, qui plus est bien pratique pour bien des gens, et au final votre fronde contre le salariat est donc parfaitement infondée. Si vous ne voulez pas être salarié, personne ne vous y oblige, et si certains aiment bien l’être, qui êtes vous pour vouloir leur donner des leçons ? « 

simple : le statut d’esclave a fini par disparaître parce qu’il paraissait intolérable à la majorité. Quand le statut de salarié, esclavagisé pour le travail fournissant la valeur ajouté volé par son patron, sera aussi intolérable, il disparaîtra. Ou plutôt, il évoluera dans le sens où le salarié aura enfin son mot à dire dans l’entreprise et participera aux décisions


 »Quelqu’un qui met son nez dans les affaires des autres"

quelqu’un qui veut surtout mettre les libéraux face à leur contradiction, à savoir que l’idéologie libérale ne marche que si une armée de salariés fait l’essentiel du boulot et que les libéraux captent toute leur valeur ajoutée en échange d’une (hypothétique) sécurité de l’emploi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès