• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Dudule 4 août 2012 00:58

Ça fait un sacré bout de temps qu’on en parle...

Cependant, personne n’a encore rien pu prouvé, et aucun calcul théorique n’a encore permit d’expliquer ou de prévoir quoi que ce soit... sachant qu’en physique du solide, on a des méthodes de calcul méchamment balaises, très efficaces, qui expliquent un sacré paquet de trucs pas évident(supraconductivité à haute température, tout ça...). Le tout recoupant et mêlant mécanique quantique et thermodynamique.... très sophistiqué.

Je reste ouvert à tout, comme tous les scientifiques, mais sans preuves probantes (théoriques puis expérimentales, ou le contraire), je suis sceptique.

Depuis le début, le mécanisme réactionnel (celui qui permettrait de vaincre la barrière de potentiel, c’est à dire l’interaction de répulsion entre les noyaux positifs) serait l’adsorption (ce n’est pas une faute d’orthographe ; adsorption = absorption en surface) par des électrodes de platine. Ce n’est pas idiot : le platine est utilisé dans un paquet de réaction, car il piège les atomes d’hydrogènes des molécules par adsorption, et est donc utilisé comme catalyseur dans une palanquée de réactions (craquage, alcènisation -c’est un peu pareil-, etc.). Pourquoi n’observe t-on pas de fusion froide dans les réactions de craquage, réalisées quotidiennement en quantité industrielles, d’ailleurs, en passant ?

Mais le platine est toujours utilisé en catalyse hétérogène solide (platine)-gaz (hydrocarbures en général). On utilise le platine en électrode (donc en solution aqueuse) parce qu’il ne s’oxyde pas, c’est tout. La catalyse (hétérogène) par le platine en solution aqueuse, ça parait douteux, à ce que j’en sais.
Les dégagements de chaleur observés dans certains cas peuvent avoir des explications tout à fait classiques : il faut faire gaffe aux surtensions quand on fait une électrolyse, et ce qui se passe vraiment dans une solution aqueuse dans laquelle se balade une quantité de particules chargés (des ions mais aussi des protons H+ -hydronium- qui s’y comportent assez bizarrement, au point qu’on ne sait toujours pas très bien ce qu’est réellement un H+ en solution aqueuse, bien qu’on commence à en avoir une idée , et c’est pas simple*), et bien, on sait pas tout... Et les dégagements de chaleur sont trrrès difficiles à mesurer... c’est le pire du pire expérimentalement.

*Il semblerait que H+ s’entoure d’une grosse quantité de molécules d’eau (mais ça on le sait depuis un bout de temps). Ce qui est intéressant, c’est que H+ ferait comme une grosse pelote de molécules de flotte [H13O6]+, dans laquelle les électrons seraient délocalisés, ce qui ferait qu’en fait le H central et toutes les molécules de H20 qui l’entoure porterait une petite charge positive, globalement égale à la charge du proton... pas simple tout ça. Gaffe aux solutions aqueuses... et aux expériences de fusions froides qui font intervenir ce type de phénomènes.

Ceci dit, il se passe peut-être des choses intéressantes dans ces expériences. Mais sans preuves...

C’est ça la méthode scientifique : dura lex sed lex. Sinon, il y a un tas d’allumés qui racontent n’importe quoi.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès