• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


louphi 30 août 2012 22:33

King Al Batar

Votre appréciation de la Françafrique est très juste. Votre qualification France à Fric est aussi très pertinente. Surtout vous tapez dans le mille, quand vous invoquez la branche africaine de la franc-maçonnerie, la GLNF, que vous appelez à juste titre la Franc connerie, et lorsque vous expliquez qu’«  »En général quand un dictateur se rebelle un peu, on l’appelle tyran, et on arme des résistants ou carrément on envoie la légion, ou même des mercenaires (style Bob Denard) pour déloger«  ».

Simplement, une mise au point par rapport à l’arrivée des chinois en Afrique que l’opinion publique ignore. Les Chinois n’ont pas débarqué en Afrique par force militaire comme nous les européens ou même par magie comme on le leur prête. Les Chinois ont commencé à débarquer en Afrique dans les années 1960 par suite des accords passés entre Mao Tsé Toung et les pays occidentaux. Souvenons-nous, dans ces années-là, la Chine Populaire de Mao, en concurrence avec la Russie khroutchévienne, parrainait divers mouvements révolutionnaires de lutte de libération nationale dans le monde, particulièrement en Afrique Noire subsaharienne. En même temps, la Chine populaire maoïste voulait entrer à l’ONU dont elle était tenue à l’écart par les puissances occidentales. La condition posée par les puissances occidentales (américains et européens) à la Chine populaire maoïste pour être admise à l’ONU et de surcroît comme membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, eh bien, cette condition était que la Chine devait non seulement arrêter de soutenir les mouvements de libération nationale dans les colonies européennes et américaines, mais que la Chine devait aussi activement participer à la liquidation totale de ces mouvements révolutionnaires anti-impérialistes en livrant tous leurs Chefs. En échange, la Chine populaire de Mao devait entrer à l’Onu en tant que membre du Conseil de Sécurité et accéder aux marchés coloniaux des puissances occidentales, particulièrement les marchés africains. Voilà le marché qui avait été conclu entre le social-impérialisme chinois sous Mao Tsé Toung et l’impérialisme occidental. C’est seulement quand la Chine populaire de Mao avait fini d’exécuter sa part de contrat que la Chine avait été admise à l’ONU comme il a été dit ci-dessus et qu’elle a commencé à commercer notamment avec les pays africains. En ce qui concerne l’engagement de la France dans ces accords avec la Chine Populaire de Mao, on peut revoir les relations entre la France et la Chine sous Charles De gaulle et Mao Tsé Toung, notamment les voyages de De Gaulle en Chine.

Voilà donc comment la Chine a débarqué en Afrique. La présence de la Chine en Afrique est l’exécution du contrat passé entre le social-impérialisme chinois sous Mao Tsé Toung d’une part, et l’impérialisme occidental d’autre part. Contrairement à ce que les médias occidentaux et africains répandent, la présence de la Chine en Afrique n’a pas pour objectif d’apporter un quelconque développement à l’Afrique, mais seulement de permettre à la Chine de prendre sa part dans le pillage des fabuleuses richesses de ce continent en brisant toute résistance de ses populations conformément au contrat signé avec les pays occidentaux. C’est uniquement ce contrat qui justifie sa qualité de membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès