• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Francis, agnotologue JL 3 septembre 2012 11:47

Cet article est alambiqué à souhait. Je ne saurais dire si c’est du lard ou du cochon.

L’alternative au libéralisme ? C’est tout simplement ce qu’était la France au début des années 80 ! Mais, le TINA veille ! Tous ceux qui accèdent à un quelconque pouvoir ou une quelconque notoriété et qui prétendent suivre une autre voie que la voie néolibérale, devront tôt ou tard se soumettre à la « communauté internationale » - comprenez l’empire du fric - sous peine d’être impitoyablement discrédités, si ce n’est pas assassinés.

Le socialisme, c’est des services publics en nombre et qualité ; le néolibéralisme (*), c’est zéro services publics ; et le communisme, c’est 100% ! C’est aussi simple que ça.

Le droit contre les privatisations, Rendre inaliénables les biens communs, Comment protéger la propriété collective lorsque, pour « équilibrer » leur budget, des gouvernements bradent les services publics ou dilapident les ressources naturelles ? Forgée dans le monde anglo-saxon et développée dans des pays aux États peu centralisés comme l’Italie, la notion de « biens communs » propose de dépasser l’antinomie entre propriété publique et propriété privée. (LMD, par Ugo Mattei, décembre 2011)

(*) « Selon un usage fréquent, nous employons le terme « néolibéral », et non pas « libéral », pour éviter la confusion entre l ’apologie contemporaine du marché ; et le libéralisme politique qui promeut à la fois l’autonomie de la personne et la recherche du bien commun. » (Jacques Généreux, Les vraies lois de l’économie, p10)


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès