• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Walid Haïdar 4 septembre 2012 22:17

Ahhh, merci BEAUCOUP Ronny pour ce message ! Ca fait tellement plaisir de lire des gens qui ne disent pas A est bien et B c’est mal, mais rentrent dans les détails pour tenter d’expliquer COMMENT ça se passe.


Le cru (que je pratique abondemment pourtant) n’est pas « bon en soit », la cuisson a des vertus importantes quand elle est bien utilisée (tuer certains pathogènes, et... le goût bordel !), et la plupart des gens peuvent très bien se permettre de se faire plaisir avec les délices de la gastronomie, en écoutant leur corps et en restant raisonnables (ou en assumant les conséquences, chacun est libre).

Je suis totalement d’accord avec ce que vous dites, à ceci près que j’ajouterais un truc assez important, qui est que la toxicité dépend AUSSI (et surtout ?) des gens dont on parle ! Ce n’est pas parce qu’on est pas malades ou allergiques qu’on est pas chacun différents, et on a tous nos sensibilités et il serait vraiment bien que les gens s’en rendent compte.

Moi par exemple je suis hypersensible à pleins de trucs et pendant 27 ans je me suis pas rendu compte que ça me pourrissait la vie. Je suis maintenant atteint d’une sclérodermie et j’ai adopté un régime dit « hypotoxique » (un max de cru, pas de viande cuite sauf poisson vapeur/étouffée, pas de blé et assimilés, pas de maïs, pas de produits laitiers) qui me fait un bien incroyable, le jour et la nuit depuis bientôt 3 ans. Mais c’est à moi que ça fait du bien, et je ne vois pas pourquoi ça ferait du bien à tout le monde (surtout, que purée, se priver de fromage, de pain, de pâtisseries classiques, c’est pas humain... mais bon, j’ai pas le choix).

Par contre, sincèrement, je pense qu’on n’essaie pas assez de voir pour chaque personne ce qui lui fait du bien, ce qui lui nuit, et c’est dommage. Moi par exemple, quand je me laisse aller à une viande grillée, même bleue, c’est systématique, mauvaise humeur et syndrôme des jambes sans repos les jours qui suivent. Blé, digestion infernale, maux de têtes, poussée de la maladie, produits laitiers idem (ce pourquoi sauf accident, je ne touche plus jamais à ces deux dernières choses). Et quand je mange pas tout ça : nickel, la joie et la bonne humeur.

On devrait BEAUCOUP plus, écouter notre corps, pour manger mieux et être vraiment libérés de certains symptômes chroniques qui peuvent dégénérer (ce qui s’est passé pour moi, et que je voudrais que d’autres évitent). Rappelons nous qu’on a mis des dizaines d’années à reconnaître dans le gluten le responsable de la maladie Coeliaque (y a même des gens qu’on diagnostiquait dépressifs, qui ont cessé de l’être en arrêtant le gluten...), et je ne peux qu’être convaincu que les intolérances alimentaires sont en réalité TRÈS nombreuses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès