• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


rakosky rakosky 9 septembre 2012 17:09

En réponse à cet article,voici quelques extraits du Manifeste d’alerte publié par le Parti des travailleurs d’Algérie

(...)En effet, depuis notamment l’intervention militaire de l’OTAN en Libye, la région du Maghreb et du Machrek est entrée dans la zone de très hautes turbulences mettant à l’ordre du jour la dislocation des nations conformément au plan US dit de GMO, sous couvert de « printemps arabe »… un concept réactionnaire qui nie l’existence des nations et sert de prétexte à l’ingérence extérieure, et à l’intervention militaire étrangère.

 

Alors que les plus grandes incertitudes planent sur l’Egypte, et que la Syrie s’enfonce chaque jour davantage dans une guerre civile orchestrée de l’extérieur, alors que se précise la menace d’intervention militaire étrangère, désormais, la région du SAHEL déjà meurtrie par les PAS et la famine, est également concernée par ces plans destructeurs. Ce faisant, les grandes puissances impérialistes cherchent à imposer une présence militaire dans cette région et le pillage des ressources et des richesses des peuples. A l’approche des élections présidentielles, le Mali première victime de la guerre impérialiste en Libye, a sombré dans le chaos. Son unité territoriale est mise en cause par une rébellion armée dans le nord, riche en minerais.

 

Notre pays partageant 2500km de frontières avec la Libye et le Mali, ces développements dangereux le menacent directement.

 

Des pressions extérieures sont exercées sur l’Etat pour impliquer notre pays dans la tourmente de la guerre tribale, de décomposition au Mali. (...)

En ce 50e anniversaire de l’indépendance nationale, nous affirmons :

 

Non. Le gouvernement ne doit pas céder aux pressions extérieures, qui cherchent à entrainer le pays dans la tourmente de l’intervention militaire dans quelque pays que ce soit. Il ne doit soutenir aucune guerre impérialiste d’occupation et de pillage, aucune guerre de dépeçage des nations sur des bases tribales. Il ne doit soutenir aucune forme d’intervention militaire étrangère.

 

Non, le gouvernement ne doit pas livrer tout ou partie de nos réserves de change au FMI qui en a fait la demande. La priorité est à l’investissement dans la relance de l’industrie et l’agriculture, dans le renforcement du pouvoir d’achat, dans l’éradication de la misère et les disparités sociales de toutes les formes de précarité. Elle est à la reconstruction nationale…

 

Non. Le gouvernement ne doit faire aucune concession dans le cadre des négociations pour l’entrée dans l’OMC ni en accélérer le processus. Car une telle entrée liquiderait notre industrie, notre agriculture, les banques, les services, elle contraindrait notre pays qui a payé un lourd tribut avec les P.A.S imposés dans les années 90 par le FMI et la BM, à partager les impacts de la crise avec les pays affectés.

 

Non. Le gouvernement ne doit pas reculer sur les mesures de souveraineté dont la règle de 51/49, la préférence nationale, le droit de préemption au profit de l’Etat, le soutien à l’agriculture et l’industrie etc…

 

Nous l’affirmons : aucun algérien attaché aux intérêts de la nation n’accepterait la remise en cause des acquis socio-économiques, que soit dictée de l’extérieur une politique non conforme aux besoins de la nation, une politique au service d’une minorité et du capital international rééditant la sinistre période des PAS qui ont largement anéanti le potentiel économique du pays.

le texte intégral du Manifeste

 





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès