• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


JP94 20 octobre 2012 23:10

Ce matin j’ai eu , à propos du TSCG passé en force et en escamotant toute processus et débat démocratiques - un échange très vite houleux avec un secrétaire parlementaire PS qui tractait afin de convaincre les récalcitrants que ce gouvernement était vraiment de gauche ... oui parce que beaucoup en doutent , à gauche , les félons .
Au lieu de mener un cap à gauche , le PS ressasse que sa politique est à gauche .
Gare à ceux qui contestent cette vérité !
Ils râlent et n’agissent pas !
... oui parce que pour le PS , manifester , réfuter le patronat et revendiquer des Droits au travail ce n’est pas agir ...agir , c’est tracter pour le PS et soutenir contre vents et marées la politique gouvernementale . tant pis pour les salariés victimes des licenciements boursiers , ils ne comprennent pas la politique sociale du gouvernements ; les renégats !
Et être membre d’un autre parti ne se conçoit pas car cela signifie être contre un gvt de gauche ! ... tout juste si l’affiliation au parti gouvernemental ne serait pas obligatoire ...
Le PS , dit ce militant , s’en prend aux plus riches - dont je dois faire partie , car mon pouvoir d’achat s’effrite . M. Peugeot tremble encore de son entrevue avec A. Montebourg ... la réquisition des usines PSA pour licenciement boursier n’est pas loin ...

Ce militant professionnel a même voulu que j’adhère au PS ... pour le changer de l’intérieur ... proposition généreuse , qui traduit un aveu de nécessité de réorientation du PS à gauche ...refuser cette adhésion , c’est refuser de faire de la politique car vous allez encore voter pour nous et râler après  . Belle conception de la liberté de pensée ou liberté tout court et belle anticipation . Un homme averti en vaut deux ...Vais-je voter encore une fois pour un parti qui me dénie le droit de penser par moi-même et m’interdit de m’opposer démocratiquement à sa politique de renoncement ? Nous en sommes là en Europe .
Vote et tais-toi ...telle est la devise .
Je lui ai donné rendez-vous dans 10 ans , le temps qu’il essaie candidement de changer de l’intérieur son PS , s’il ne devient pas un libéral pur jus d’ici-là , il ne serait pas le premier .

Alors que faire ?

Peu à peu on se dirige vers un nouveau contexte politique , semble-t-il , dans la mesure où ce gouvernement , comme tous les autres gouvernements sociaux-démocrates d’Europe , persiste dans le libéralisme , les attaques contre la souveraineté nationale ( budgétaire ) , et l’austérité .
On voit où ça a mené en Grèce , aux Pays-Bas et en Belgique : les PS s’effondrent .

Au bout d’un moment ce chantage odieux de « votez pour moi car à droite c’est pire mais à gauche on va avoir l’Europe contre nous » , ce chantage-là n’opère déjà plus .
La Droite espère récupérer le mécontentement comme le PS l’a fait mais cela tournera court comme ailleurs .
Le PS persistera néanmoins tant que cela lui permettra d’alterner au pouvoir avec la Droite .
Si le PS voulait vraiment le changement , avec le Sénat , la Chambre des députés , les régions ; les départements , les municipalités , la présidence , où il est majoritaire et le Parlement Européen où il est massivement , alors il le ferait , d’autant que déjà il est impopulaire . Mais ne change pas de ligne .
Sûr que ce refus d’écouter les gens - de droite ou de gauche - va mener à des clivages ;
 le FDG et le PCF , qui tablent encore sur une réorientation du PS vers la gauche en lui mettant la pression à l’Assemblée et dans la rue aux côtés des salarié(e)s , vont se trouver bientôt en porte-à-faux avec les gens de gauche de ce pays car le PS est certes un parti de gauche , mais qui mène une politique toute entière vouée au programme libéral européen.

Finalement , PCF et FDG espèrent un changement à la latino-américaine , un basculement par les urnes . Ils pressentent aussi que le moment n’est pas encore venu , même si la nécessité de changer est urgente . Il faut aussi que dans les esprits de la majorité des gens , ce changement soit accepté... car malgré tout , ce qui domine , c’est non seulement la colère mais aussi la résignation .

or la résignation permet au PS et à la Droite de persister dans le libéralisme .

Qui ,en France , ne conçoit que le changement ,  ? et qui l’accepte ?

On doit se poser la question pour agir et parvenir au changement .


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès