• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


sisyphe sisyphe 28 octobre 2012 10:35

Par hommelibre (xxx.xxx.xxx.21) 26 octobre 18:11

Dans tous les systèmes et cultures il y a des tordus et de la souffrance

En l’occurrence, il ne s’agit nullement de « tordus » mais oui, bel et bien de souffrance : celle provoquée par un système (il n’y en a plus qu’un ; vous n’êtes pas au courant ?) dominé par les mafias financières, au détriment de l’ensemble de la population, et, plus précisément, pour ceux dont je parle, les laissés pour compte, les miséreux,( obligés de vendre leurs organes pour survivre)provoqués par les énormes inégalités engendrées par CE système : le plus inégalitaire du monde contemporain.

Le libéralisme est le produit de la plus énorme dictature instaurée à l’échelle de la planète ; celle du fric, et de ceux qui le détiennent, et en veulent toujours plus (et en prennent toujours plus), provoquant les dégâts, la misère, la faim, la mort de millions de personnes, la lutte pour la survie, quitte à devoir vendre une partie de son propre corps.

C’est pas grave pour un libéral ; finalement, le trafic des organes (ou vente d’organes) est un marché supplémentaire, où certains vont pouvoir y gagner de l’argent ; c’est le principe même du système des « marchés » et de leur loi du plus fort ; faire du fric avec tout ce qui est possible, fut-ce la misère humaine.

Pour défendre un tel système ; il y a deux sortes de gens ; ceux qui y trouvent un intérêt personnel, ou ceux atteints du syndrome du larbin, et qui espèrent arriver un jour à faire partie des nantis, quitte à écraser les autres ; des collabos ou des kapos, c’est selon. 

Alors, la mise aux enchères d’une virginité d’une jeune fille s’inscrit parfaitement dans les normes et « valeurs » d’un tel système ; au moins, ici, est-elle volontaire (et pas provoquée par l’extrême nécessité vitale).

Quand le bébé est porteur d’un virus mortel qui contamine la terre entière, oui, il faut le jeter avec l’eau du bain ; encore que la comparaison soit tout à fait inadéquate, puisqu’il ne s’agit pas ici d’un « bébé », mais bien seulement d’un virus mortel, transmis par des adultes tout à fait conscients et responsables.

Le libéralisme, c’est la dictature, l’asservissement, l’esclavage, la mort, la misère du plus grand nombre au profit d’une minorité de prédateurs ; il en a fait la preuve définitive. Nous l’avons sous les yeux.

C’est vos lunettes qui ne vous permettent pas de le voir ? Changez-en.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès