• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


herve33 31 octobre 2012 15:33

Ce qui est étonnant , c’est qu’il existe , dans n’importe quelle activité qui nécessite de la sécurité ou de la sureté , des normes de qualité et de sécurité , et chaque incident doit normalement faire l’objet d’un retour d’expérience pour que cela ne se reproduise pas .  

Par exemple , le transport aérien possède tout au moins en Europe de textes réglementaires et des assurances très strictes et des contrôle de qualité pour éviter que des accidents ou incidents aériens ne se produisent . Résultat , si vous prenez l’avion , vous avez 1 chance sur 1,5 millions d’avoir un accident , alors que lorsque vous prenez votre voiture pour vous rendre à l’aéroport , vous avez une chance sur 1000 , d’avoir un accident mortel . 

En fait , le risque zéro n’existe pas , mais pour avoir le maximum de sécurité , cela coûte très cher et cela est rapidement exponentiel avec le niveau de sécurité que l’on veut mettre en oeuvre .

Il est évident que la sécurité baisse si l’EDF emploie des sous-traitants qui ne sont sans doute pas suffisamment entraînés et formés aux règles de qualités et de sécurité . D’ailleurs , plus le nombre de sous-traitants est importants et plus le niveau de sécurité baisse . 

Et c’est sans doute , là où est le problème , on ne peut pas faire de un haut niveau de sécurité et de la sureté , si on emploie des sous-traitants qui n’ont aucune vue sur l’historique des incidents de la centrale .

Pour résumé , on ne peut atteindre un haut niveau de sécurité que si on en met les moyens et surtout que cela doit faire partie de la culture d’entreprise . Les sous-traitants d’EDF ont t-ils cette culture d’entreprise ???

Pas évident .


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès