• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Bertrand Loubard 2 janvier 2013 12:44

"L’application du droit requiert un certain nombre de conditions", dixit MUSAVULI.

Ne faudrait-il pas rappeler que selon P. R. Prosper (Procureur au TPIR de 1996 à 1998 ; »sorteur", avec Kofi Annan, de Boutros Boutros Ghali en 1997 ; Ambassadeur Itinérant Extraordinaire des États-Unis pour les crimes de guerre de 2001 à 2005 ; « sorteur », avec Gérald Gahima, de Carla Del Ponte des TPIR et Y en 2003, ,Avocat de Paul Kagamé dans la « plainte d’Oklahoma » en 2011, membre du bureau de conseil juridique Arent Fox), les Tribunaux Pénaux Internationaux ne sont que des instruments au service de la « politique ». Donc, le dilemme «  »La Paix tolérant l’Injustice« ou la »Justice fauteur de Guerre«  » n’existe pas pour cet éminent membre de la communauté internationale. La guerre et l’injustice seraient-elles inévitables dans la logique de la prévention des agressions ? Seraient-elles une nécessité culturelle de la civilisation judéo-chrétienne qui vise à la légitime défense préventive ? « Si vis pacem, para bellum ». « L’attaque est la meilleure défense »."Les conditions requises à l’application du droits pourraient-elles être réunies ?"

Dès lors que les Bill Clinton, Madeleine Albright, Bill Perry, Colin Powell, Dick Cheney, George Bush, Suzan Rice, Brian Atwood, Antony Lake, Pierre Richard Prosper, , Kofi Annan, Romeo Dallaire, Louise Arbour, Tony Blair, Louis Michel, Etienne Davignon, Bill Gates, Howard Schultz, David J. Rothkopf, John M. Deutch, John Shalikashvili, Bernard Kouchner, etc, etc…..risqueraient d’être impliqués dans une procédure à la CPI (procédure à l’issue plus qu’aléatoire), tout espoir doit être abandonné  »pour l’application du droit……">i>

Même une « Commission Vérité Réconciliation » ne peut conduire, pour être efficace, qu’à la présentation de l’histoire de la "génocidogenèse rwandaise" sous un jour qui en révélerait l’effroyable vérité, celle d’une réalité indicible et insupportable. Tous les acteurs impliqués y défendraient, in fine, leurs intérêts personnels sous couverts « d’intérêts stratégiques ». Car ceux qui se poussent au portillon de la succession de Kagamé en savent autant que lui sur les prémices du génocide, sur les conditions du « backing » que les alliées du FPR auraient fourni et sur les détails de l’exécution des « basses œuvres ».


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès