• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Hervé Hum Hervé Hum 13 mai 2014 10:27

Bonjour Pierre

J’ai lu votre article sur votre blog « Benoit XVI, premier responsable de la violence religieuse »

Article instructif et bien réfléchi et conscientisé, ce qui change de la plupart des articles !

Je ne ferai pas de critique sur le fond, juste une remarque, lorsque vous dites que Ben Laden justifie les massacres d’humains au nom du bien de l’humanité« . Sauf, que c’est un discours vieux comme les peuples et les religions ! Qu’aujourd’hui, les dirigeants politiques et économiques prétendent à la même vertu du massacre des uns pour le bien de tous. Il suffit de reécouter Bush et consort.

J’ai surtout lu que vous aviez étudié le Coran et l’aviez lu au moins deux fois en entier.

Ma connaissance sommaire du Coran, me fait tout de même penser que le jihad était un commandement de dieu pour asseoir la religion naissante sur la terre arabe, terre de Mohamed. Que donc le jihad et la conquête par la violence était limité dans l’espace et le temps à Mahomet et lui seul. Pour que le jihad revienne et selon une prophétie de Mahomet, il leur faut attendre le Mahdi. Comme ce dernier n’est pas encore arrivé, tous les appels à la bonne violence sont des fourvoiement ou des crimes envers leur dieu. Ce qui signifierait qu’un bon musulman ne peut faire usage de la force que pour se défendre et non pour agresser.

Le problème, c’est que le mode de vie qu’essaie d’imposer l’occident est contraire aux préceptes de l’Islam, mais aussi aux préceptes enseignés par Jésus et ceux enseignés par le judaïsme. Avec un bémol pour ce dernier, car j’ai cru comprendre qu’il stipule qu’en dehors du peuple élu, tous les autres humains sont comme des animaux et peuvent, doivent êtres traités ainsi. Alors que pour l’Islam, les gens du livre, chrétiens et juifs, s’ils sont fidèle au livre, doivent êtres respectés.

Alors se pose la question, le problème de l’Islam avec le monde occidental laique et athée, tient elle de l’agression ou de la légitime défense ?

La réponse est les deux mon général, ils transforment la défense de leur religion en agressivité contre les autres et inquisition contre les leurs. La réaction à un excès se fait malheureusement souvent par un autre excès opposé. Ce qui est considéré comme un laxisme d’un coté se transforme en répression de l’autre. Mais il est clair que le modèle social et économique de l’occident est contraire aux préceptes de ces religions. Il peut et doit être vu comme du satanisme.

Jésus enseigne et peut être dans une moindre mesure Mahomet, que la seule bonne manière de combattre la violence d’un ennemi est de rester fidèle à ses préceptes et non de réagir par opposition systématique.

De ce point de vue, on peut voir le travail de Tarik Ramadam comme positif.

maintenant, est ce que l’Islam est soluble dans la démocratie et la laicité ?

Pour qu’il en soit ainsi, il faut considérer les hadiths comme des texte contextuels et non de manière absolu comme le Coran. Sachant que ce dernier trouve sa contextualisation dans sa confrontation avec les autres croyances monothéistes (y compris l’hindouisme).

C’est de cette confrontation que doit naître l’apocalypse religieuse, car de celle ci ne peut subsister que ce qui est commune à toutes, parce que c’est la seule manière de croire en Dieu et d’expliquer sa propre diversité dans la croyance humaine.

Pour s »en convaincre, il suffit de constater que le message divin suit une évolution temporelle. On peut poser la question de savoir si c’est Dieu qui apprend de l’humain et le corrige, ou bien si c’est l’humain qui dans son apprentissage de la conscience supérieure d’être, nécessite une telle progression et donc adaptation temporelle du discours. Mais ce serait faire l’impasse sur les autres religions du monde. Si on considères toutes les religions et formes de croyances, alors, l’enseignement de Dieu est bien le principe du détachement, celui qui fait accepter autant la différence d’autrui, que sa propre évolution spirituelle qui nécessite là aussi la capacité de détachement envers ses propre croyances pour en accepter de nouvelles.

Le détachement, Pierre Régnier, est la clé de la liberté. L’attachement, la prison.

Et ce qu’enseignent toutes les religions c’est le détachement !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès