• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


cflorian 6 septembre 2006 14:39

je suis heureux de vous lire sur agoravox, même si je ne partage pas beaucoup de vos idées, surtout au niveau social ou sociétal.

la france est un casse tête pour les entrepreneurs. la loi et l’administratif ont de quoi démotiver les coeurs les plus vaillants, même les controleurs fiscaux ne comprennent pas tout. cela n’empêche pas des milliers de gens de se lancer et les investisseurs d’arriver : les gens sont qualifiés et productifs, les conditions de travail et de vie excellentes, le marché important.

« il devra devenir plus partageux, plus égalitaire, moins sauvage » là est l’enjeu majeur dans les prochaines années. les actionnaires apportent beaucoup au niveau financiers pour les entreprises, mais les salariés également. pourquoi attendre que le medef agisse, chaque entreprise ne peut elle pas agir directement ? le role du medef est il d’intervenir dans le fonctionnement de ses entreprises ? pas plus que ce n’est le role de l’Etat. on attend trop de réponses générales, les pdg doivent ils toujours attendre des consignes pour mener une politique ? c’est surement une des raisons pour lesquelles l’Etat est devenu trop interventionniste, personne n’ose prendre ses responsabilités et laisse pourrir la situation.

le medef doit dénoncer le patriotisme économique, mais le défend en même temps. ceux sont les grands groupes français qui en sont les premiers bénéficiaires, en pressant le gouvernement de protéger leurs intérêts. quel grand patron ne rêve pas d’acheter sans pouvoir être racheté ? de même les class actions ont leurs opposants plus au medef que dans la société civile, qui n’est pas contre pouvoir lutter contre certaines dérives.

la délocalisation et la perte de certains secteurs d’activité dans les pays les plus riches est un mal pour un bien. la hausse d’activité dans les pays les plus pauvres va leur permettre de s’enrichir et ainsi de limiter l’écart de niveau de vie. bien sur pendant ce temps, les plus riches n’auront plus une croissance aussi forte et plus d’une génération devra faire le dos rond en attendant un rééquilibrage des niveaux de vie. c’est triste mais c’est le prix à payer pour un monde viable. reste aux multinationales à encourager ce processus et ne pas l’inverser.

les patrons vont devoir communiquer, beaucoup, et clairement, pour réconcilier les gens avec l’économie libérale qui existe depuis deux siécles. mais vous avez oublié aussi que le medef doit défendre les petits patrons en tpe et pme, qui n’ont pas les mêmes problémes mais qui font partie du lot des exploiteurs-délocalisateurs.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès