• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Antoine 26 mars 2013 22:23

 Bonsoir Taverne,

 Ah que nenni ! Glinka est le véritable initiateur du style russe et Balakirev n’a été qu’un catalyseur. Ce dernier a été un honorable compositeur mais seules ses deux symphonies méritent de la considération, ses oeuvres pour piano, à l’exception d’Islamey et de la seconde sonate, n’étant que du Chopin et du Liszt au rabais, ce qui est au total fort peu. Les liens entre les hommes sont importants mais restent secondaires au regard de la filiation des oeuvres, d’où l’intérêt de relever le cheminement musical Glinka-Dargomijski-Moussorgsky-Debussy. Il est vrai que vous avez cité Dargomijski mais il m’a paru opportun de le replacer dans la perspective.
 Je partage en partie votre enthousiasme pour les Dances mais vous devriez emporter tout l’opéra car il contient d’autres pages de toute beauté et surtout, seules et souvent par le seul orchestre, elle perdent alors une bonne partie de leur charme puisque leur originalité consiste en six épisodes choraux et instrumentaux contrastés. Là aussi le seul groupe des cinq n’y a pas suffi puisque leur orchestration a été réalisée collectivement par Borodine, Rimski-Korsakov et...Liadov.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès