• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Amoribonde Amoribonde 11 avril 2013 17:15

Bonjour et merci pour votre article,

Vous parlez de « vases communicants du bien et du mal ».

Ne faut-il pas plutôt évoquer un rapport complexe de l’ Homme à la nécessité, à « ce qui ne peut pas manquer » ?

Certains veulent combler le vide trop vite (les gens de bien) et les autres préfèrent reculer l’échéance autant qu’ils le peuvent (ou inversement).

Cependant, quand c’est l’heure, c’est l’heure. La nécessité met tout le monde d’accord.
Vous écrivez : « De manière régulière, et quasiment depuis l’entrée du Progrès-croyance dans l’Histoire, le mal a grandi aussi vite que le bien. »

Je dirais plutôt depuis que l’Homme est Homme, c’est à dire depuis qu’il a pris conscience que son monde n’est qu’une interprétation de la Terre qui continuera de tourner, même si notre monde, lui, ne tourne pas rond.

Le Bien et le Mal sont des attitudes par rapport au même objet : l’Etre. Certains le prennent en amour et d’autres en haine. Et cela, à l’arrivée, ne change pas grand chose.

Le Bien et le Mal, c’est comme la couleur d’un moteur, cela ne change rien à sa finalité (entraîner) ni à sa fin (à un moment il casse).

Après on préfère certaines couleurs à d’autres, c’est une question culturelle.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès