• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Peretz1 Peretz1 29 avril 2013 18:06

Dura lex sed l’ex. Le chômage de masse a pour origines la concurrence excessive au meilleur rendement financier entre les taux d’intérêt des prêts et la rentabilité des entreprises (bénéfice net). C’est parfaitement connu des économistes. Cette guerre tourne a l’avantage des premiers, car malgré les gains de productivité, le coût du travail dans les entreprises de main-d’œuvre n’est pas totalement compressible. Tout est venu de l’abrogation des lois qui encadraient le crédit. Le prétexte était que l’Etat en battant monnaie laissait glisser l’inflation, laquelle diminuait à rentabilité des prêteurs. On a donc remplacé la masse monétaire en circulation par des dettes, qui ont été amplifiées par les intérêts. Et on en arrive progressivement à la conséquence logique prochaine d’une économie déflationniste qui maintient ou même augmente la valeur de la rente. Keynes a pourtant dit qu’il fallait euthanasier les rentiers ! Si on inverse le système on peut revenir au plein emploi. Mais il faudra pas mal de décennies.

René Bouchard. Entièrement d’accord, en particulier sur l’aspect systémique de la crise comme je viens de le dire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès