• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


al.terre.natif 20 juin 2013 16:52

« Il faudrait pour cela fixer un prix à altération des équilibres de différentes espèces animales en fonction de leur rareté et de leur capacité à subsister, sans menacer la survie des autres espèces. »

Quel cynisme ... comme pour les émission carbones, on fixe un prix et ça donne lieu à un marché spécifique, qui permet encore et toujours spéculation et enrichissement de certains tout en évitant soigneusement de régler le problème.

Vous pensez que fixer des prix permettra de maintenir, voir même d’augmenter la biodiversité, mais qu’est ce qui empêchera une organisation qui a les moyens de continuer de prélever des animaux protégés, puisqu’elle à les sous pour en payer le prix ?

Imaginez votre système en Afrique : l’ivoire trouvera toujours preneur, quelque soit le prix annoncé ! Votre système permettrait juste de faire échanger toujours plus d’argent.

Non, la biodiversité ne se monnaie pas .

Non, l’argent n’est pas la solution à tout les problèmes. Je serais même tenté de penser le contraire, à savoir que c’est l’argent qui entraine ces problèmes de biodiversité ! L’avidité, la croissance et le fait que l’argent peut tout acheter ou presque, en dissociant causes et conséquences.

« La gratuité n’est pas envisagée ici à cause du refus moral d’envisager la destruction gratuite d’êtres vivants qui ne sont pas dangereusement en surnombre. »

La moralité invoquée par l’économie pour justifier la non gratuité ... quelle ironie !

« En effet, hors de ce seuil idéal constant, que les effectifs de l’espèce en question soient insuffisants ou trop élevés, le prix augmenterait plus que proportionnellement à l’évolution de la population, et ce, afin d’encourager un retour au seuil idéal par une réaction des pouvoirs publics et un changement de comportement des acteurs économiques »

Une faille évidente de votre raisonnement : il suffit de fausser les statistiques sur une espèce pour faire varier artificiellement son prix ... Vous avez certainement une confiance aveugle dans les chiffres, moi non.

Vous faites votre « métier » d’économiste à chercher des pistes pour que l’argent coule toujours à flot, et ce en oubliant même le sens du mot qui décris votre profession : l’économie.

Du greenwashing économique en quelque sorte : tous les sujets sont bons pour faire du pognon. Vous devez être de la même école que le patron de Neslté, qui dans une interview disait que l’eau potable est trop précieuse pour qu’elle soit gratuite, en oubliant simplement que ceux qui n’ont pas d’argent n’ont donc plus accès à l’eau potable .... et que ceux qui ont de l’argent continuerons de la gaspiller, c’est d’un cynisme sans bornes.

J’imagine cependant que dans votre bulle, vous y croyez, et c’est bien triste ...

« Quand le dernier arbre aura été coupé,
Quand la dernière rivière aura été polluée,
Quand le dernier poisson aura été pêché,
Seulement là vous comprendrez que l’argent ne se mange pas. »

Sitting Bull


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès