• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


epicure 21 décembre 2013 22:41

La république démocratique est bien l’aboutissement de l’idée de démocratie, c’est à dire que le peuple décide de tous les étages du pouvoir.

D’ailleurs il y a beaucoup de confusions dans ces discours antirépublicains, et en fait des contre vérités.
Les libéraux n’ont jamais tenu la république pour modèle politique, mais uniquement la démocratie libérale censitaire (révolution française et américaine, ainsi que grande bretagne), 1789 n’a pas abouti à l’abolition de la monarchie, juste à sa transformation libérale.
Si les états-unis ont été une république, c’est que coupé de la grande bretagne ils se sont retrouvé sans famille royale légitime.

C’est al gauche révolutionnaire qui amené l’idée de république, basé sur des idées universalistes, dont babeuf faisait parti, qui amena l’idée de suffrage universel, en lieu et place de la confiscation par la bourgeoisie de la démocratie par le suffrage censitaire.
C’est la gauche révolutionnaire qui a posé une nouvelle déclaration des droits de l’homme plus sociale et universaliste que celle des bourgeois, et écrit la constitution la plus démocratique jamais écrite en France, mais trop démocratique.

C’est donc cette idée de république démocratique la vrai révolution, la rupture totale avec à la fois l’ancien régime et le nouvel ordre bourgeois, qui va servir de référence à de nombreux mouvements en europe et même en france pendant le 19ème siècle.

Mais ce sont les bourgeois qui vont prendre le pouvoir à chaque nouveau changement de régime, et pervertir la république pour servir leurs intérêts.
Il ne faut pas oublier que les débuts de al troisième république ont été chapeauté par des royalistes qui n’ont pu s’entendre sur la personnalité du souverain à mettre sur le trône, et que de nombreux dirigeants de cette nouvelle république étaient déjà dans les couloirs des régimes non républicains, Thiers en premier. La troisième république a été avant tout à ses débuts un compromis entre les diverses factions politiques de la bourgeoisie, républicaines ou pas. On retrouve la même position avec le royaliste De Gaulle qui préfère une république de compromis plutôt qu’une mauvaise monarchie qui ne pourrait assoir sa légitimité.

Du coup le mot république veut dire beaucoup de choses, parfois tout et son contraire.

En fait c’est pas la république qu’il faut remettre en question, mais bien la démocratie libérale si on regarde bien, qui est en fait l’organisation d’un pouvoir oligarchique depuis ses fondements. Le suffrage universel n’est pas consubstantiel au libéralisme, il lui est étranger (universalisme contre particularisme) dans ses fondements, il suffit de lire certains libéraux historiques pour se rendre compte de leur rejet de la démocratie.

C’est pourquoi il faut bien militer pour une autre république, une vrai république, démocratique, c’est le seul moyen de se libérer de l’oligarchie bourgeoise.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès