• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


coco (---.---.244.99) 11 avril 2007 21:00

Si tu peux te renseigner sur l’ethnopsychiatrie, je pense qu’il est possible que tu y trouves des éléments de réponses. J’ai parfois ce type de réactions quand bien même ma mère est de souche française et mon père mi sarde, mi espagnol. Cependant je crois avoir été marquée par un certain sentiment maternel de fragilité, peut-être d’humiliation alors qu’elle travaillé dans une école (en qualité de cantinière) par les remarques ou les corrections que le directeur lui faisait. En même temps mon père était fasciné par ces personnes reconnues socialement et me poussait à faire des études pour pouvoir ne pas être destabilisée par ces mêmes individus. L’instruction est devenue à la fois la clef pour m’insérer et ce qui me distanciait de mes parents. Comment réagir autrement que paradoxalement face à un tel paradoxe : que faire pour détenir ce qui a fait défaut à ses parents sans se lancer dans un conflit de loyauté ? Je crois qu’une réponse possible est dans l’accueil, l’acceptation voire la réconciliation... Je ne sais pas si ça t’aidera, ce sera au moins un moment de partage.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès