• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


wesson wesson 27 mars 2014 11:32

Bonjour l’auteur, 


et nous voici reparti pour un tour avec le GDS Américain... sauf que tout ceci est absurde. Cette histoire de substitution du GN Russe par le GDS Américain est un bluff que toute personne un minimum informé peut parfaitement apprécier. 

Aujourd’hui, et malgré le « formidable » succès du GDS Américain, ces derniers sont toujours importateurs net de 20% de leur consommation. Ce qui veut dire qu’ils n’en produisent même pas assez pour eux-même. Comment voulez-vous qu’ils en produisent assez pour toute l’Europe ?

Et selon les prévisions les plus optimistes, l’augmentation de la production ne dépasserait pas les 5% au mieux dans un horizon de 20 ans. En cause, le fait que les puits se tarissent à une vitesse record. 

Exemple : Les 2 puits les plus gros aux USA (pratiquement pour moitié de la production) sont ceux de Barnett (Texas) et Haynesville (Texas-Louisiane). Fin 2013, le puit de Barnett avait décliné de 20.8%, et celui de Haynesville de 25% par rapport à 2011. 

Et ce sont les champs les plus facilement exploitables, par définition ceux que l’on exploite en premier.

Sur l’ensemble des USA, le déclin des puits est d’environ 20 à 25% l’an. Ce qui veut dire que pour simplement maintenir la production actuelle, il faut pratiquement renouveler tous les puits sur une période de 4-5 ans. Et comme c’est toujours des gisements moins important, plus profonds, ça augmente le coût d’extraction. 

ça plus l’opération de liquéfaction pour pouvoir mettre le gaz dans les bateaux - ce qui au passage doublera pratiquement le prix - avec des installations qui n’existent pas encore.

Tout ceci n’est pas bien sérieux.

Par contre, ce qui est vrai, c’est que les USA comptent s’y prendre autrement : Du temps de l’Union Soviétique, les Américains avec Reagan avaient réussi à ruiner l’URSS en manipulant à la baisse le cours du pétrole brut. Ils sont tout simplement allé voir l’Arabie Saoudite pour leur dire de produire le plus possible pour faire chuter le prix du baril, en échange d’influence politiques, de protections militaires et de droit à investir directement dans les structures Américaines. Et ça avait marché, d’autant que l’industrie de l’URSS n’était pas du tout diversifiée, et qu’en réalité la Russie portait à bout de bras les économies de nombreux pays satellites (qui sont maintenant en quasi-faillites du fait d’être rentré en Europe).

Et il semblerait que les USA et l’Europe qui l’ont tellement mauvaise sur l’Ukraine veulent rééditer le coup. Ils seraient en pourparler avec les Saoudiens. 

A ceci prêt que les choses ont bien changés depuis Reagan. Les Saoudiens ne sont plus aussi copains avec les USA, car on a eu le temps d’apprécier le coût politique de leur demander des services. Il y a fort à parier qu’ils demanderont des contreparties exorbitantes. De plus, il n’est pas certain qu’ils puissent en définitive augmenter suffisamment leur production, on dit qu’ils auraient déjà largement dépassé leur pic. Et pour finir la Russie s’est quand même largement diversifié dans sa production depuis l’URSS. Même si ce n’est pas parfait, la dépendance au pétrole est nettement moins élevée.

Quand à l’Europe, je la voit très très mal décider d’acheter du gaz Américain - en supposant que ce soit possible - qui dans la pratique serait 3 à 4 fois plus cher que le GN venant de Russie, même pour faire plaisir à nos « amis » et déplaire à Poutine qui en 2 ans aurait posé les tubes vers la Chine et le Japon qui ne demandent que ça.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès