• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Analis 11 mai 2014 14:32

Cet article a le mérite de préciser les choses, et d’expliquer pourquoi le scénario rattachiste est mauvais. Mais il échoue à tirer la conclusion : il ne se fera pas. Ce que proposent les rattachistes, c’est l’alliance de l’aveugle et du paralytique.

Pour le refus probable de la France déjà au bord de la faillite d’assumer la dette de la Wallonie, çà, çà ne dépend pas d’elle : la Flandre disposera là-dessus d’un droit de veto, et refusera de prendre en charge la dette du reste de la Belgique (et je en mentionne même pas ce que diront les pays de l’UE, dont il est illusoire de penser qu’ils resteront sans rien faire). Donc la France sera obligée de refuser le rattachement,et sera sans doute ravie d’en prendre prétexte.

Ce qui arrangera tout le monde, car l’article a raison d’affirmer que les wallons ne doivent pas se faire d’illusions, un rattachement à la France serait une annexion pure et simple, ils perdraient toutes leurs spécificités et libertés et se retrouveraient dirigés depuis plusieurs centaines de kilomètres sans avoir leur mot à dire. L’élection des nouveaux conseillers généraux (à supposer qu’ils existent encore) et régionaux ne sera pas le problème, ce sera qu’ils n’auront aucune importance dans les décisions concernant l’avenir de la Wallonie, tout étant décrété par Paris et ses yesmen les préfets. Les dirigeants français savent bien que la pillule serait un peu trop dure à faire avaler, mais que dans un sens inverse ils ne peuvent pas se permettre d’envisager d’intégrer une région à statut spécial à leurs portes. Car on serait effectivement en métropole, pas en outre-mer, et que cela créérait un trop fâcheux précédent. L’avenir français, ou plutôt l’absence d’avenir, ne peut être que jacobin – et donc sclérosé. Cela explique pourquoi les différents gouvernements français sont si silencieux au sujet d’une future acquisition de la Wallonie.

Et je ne parle pas de la perte pour les wallons de leur Etat de droit, et des systèmes judiciaires et médiatiques aux ordres avec lesquels ils se retrouveraient. S’ils pensent que les leurs sont mauvais, ils apprendraient vite à en avoir la nostalgie. Non, la seule solution pour la Wallonie est d’apprendre à marcher d’elle-même, et à abandonner le système de prébendes et de redistribution sur lequel elle a appris à se reposer. Peut-être faudrait-il élire d’autres personnes que Di Rupio aussi...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès