• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Hervé Hum Hervé Hum 10 juin 2014 21:00

Mais pourquoi donc, personne ne répète ce qui différencie fondamentalement le système par capitalisation et le système par répartition ?

je dis « répète », car je n’imagine pas que personne ne sache cela. C’est à dire, que le système par capitalisation consiste à se mettre en concurrence intergénérationnelles, alors que le système par répartition, consiste dans l’inverse, à savoir, la solidarité intergénérationnelles.

Qui est gagnant dans le système par capitalisation ?

Ceux qui disposent d’un patrimoine immobilier et financiers important, mais pas les classes moyennes et pauvres. Celles ci n’ont pas les moyens d’assumer un erreur dans leur placement d’argent. C’est ce que révèle ces chiffres.

Dès lors, leur intérêt est de se tourner vers le système par répartition où toutes les générations sont impliqué dans l’efficacité du système tout entier.

Et c’est là bien évidemment que tout coince !

Comme l’argent va à l’argent, le système par capitalisation convient parfaitement aux ploutocrates, la preuve en est qu’ils n’ont jamais autant capitalisé !

On est face à l’émergence d’une confrontation directe entre deux intérêts clairement identifiés, le système par capitalisation, des ploutocrates et le système par répartition, des classes moyennes et pauvres.

La démocratie, si tant est que les classes moyennes et pauvres soient des citoyens responsables, exigerait des assises nationales et internationales pour discuter d’une question qui engage tous les citoyens d’ici et d’ailleurs sur cette planète.

Il est effarant en effet de voir que cette question n’a pas été élevé à sa juste dimension. De la part des ploutocrates, cela se comprends, mais de ses opposants !?

Question, on continu à se faire la guerre, ou on coopères ?

Parce que pour se faire la guerre, il faudra toujours des chefs, autrement dit, des « psycrates », des gens concentrant le pouvoir sur leur maîtrise d’un savoir ou d’une apparence de savoir. Telles les religieux, les nobles, les bourgeois et les technocrates. Ces derniers sont particuliers, mais pas à déconsidérer.

Pour coopérer, c’est différent, il faut la volonté sociale des citoyens des classes moyennes et pauvres et celles ci doivent nécessairement s’affranchir de la manipulation dont ils sont victimes par les organes de propagandes de la ploutocratie avec l’apport conditionné des technocrates.

Bon, c’est pas l’endroit pour développer ces choses là, mais ceci pour bien montrer qu’il s’agit bien de lutte de classes dont il est question directement et non de problèmes de rendement financier, qui sont eux induits par la question directe de choix entre un système ou un autre.

Comme le dit Bergegoviers, « la providence se rit de ceux qui vénèrent les causes, dont déplorent les conséquences ».


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès