• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Marais 25 juin 2014 17:08

« tu sers les gauchistes et mondialistes, en faisant croire que la république=métissage »


1) On peut critiquer la République sans être d’accord avec des gauchistes ou des mondialistes. Sinon, faut-il penser que la critique des anarchistes envers l’Etat sert-il les libéraux anti-étatiques ?
2) Je n’ai jamais dit que la République c’était uniquement le métissage, comme ce n’est pas uniquement le capitalisme, mais que la République avait une vision non-ethnique et non raciale de la société. Et c’est vrai : sur le papier, tout le monde peut devenir citoyen français, or ce nouveau citoyen ne faisait pas partie de la société, donc la République n’a pas de vision ethnique, car sinon un étranger ne deviendrait pas aussi facilement français, et il faudrait atteindre plusieurs générations pour cela.
3) Les ’gauchistes et mondialistes’ font partie de la République. Dénoncer le régime qui les a créé est hypocrite.


« l’immigration massive/le remplacement de population date de 60 ans pas depuis 1789 et la laïcité s’est muté en athéisme seulement récemment, la religion d’État ce fut le christianisme sous la rép jusq’en 1905 d’ailleurs. »

1) Le principe, celui de faire venir n’importe quelle population pour être une main d’oeuvre bon marché, date du XIXe siècle, depuis la fin du système traditionnel donc. Voici pour la droite patronale. Avec la suprématie de la gauche culturelle sur la société française depuis 60 ans, l’immigration massive est encouragée pour permettre à la gauche de gagner les élections (l’étranger vote pour son défenseur, ce qu’il a fait en 2012).
2) Il y a eu une frange anticléricale et une autre très croyante dans la population. Comme la laïcité est un compromis et que les anticléricaux sont aussi républicains, qu’ils ont donc gagné politiquement, la laïcité est devenue un athéisme, une « religion laïque » selon Vincent Peillon.
3) Les rapports entre le catholicisme et l’Etat étaient le Concordat, or les autres religions étaient égales au catholicisme, « la religion de la plus grande majorité des Français ». Au contraire, depuis la Révolution, les républicains ont voulu affaiblir l’Eglise catholique car les Lumières sont la raison et la religion l’obscurantisme, n’est-ce pas ?


« dans les valeurs de la république il n’y a pas le multiculturalisme ensuite la république n’est pas uniquement libérale, la rév fr n’avait rien à voir avec l’indépendance américaine. »
1) Au XXe siècle, les républicains se passionnèrent pour la colonisation ; puis pour l’atlantisme. Aujourd’hui, c’est l’amour de l’étranger et donc le multiculturalisme.
2) En effet, elle est également franc-maçonne et férocement laïcarde.
3) L’indépendance américaine était une révolution libérale comme le fut la Révolution française.
4) Tout le monde peut devenir français, le multiculturalisme n’est donc pas censé être un problème.


« ceux qui ont fait venir des immigrés ont violé les valeures de la rép. »
Quelles sont ces valeurs ? Parce que si c’est défendre le territoire de la République, d’assurer le bonheur du peuple ou d’avoir une politique internationale équilibrée, on est loin du compte.


« les supporters de l’immigration sont régionalistes, la rép n’a fait qu’écraser les identités régionales trop fortes pour rendre l’identité fr prédominante point nationalisme ethnique, l’immigration elle casse le boulot de la rép. »
1) C’est peut-être parce que les identités régionales, qui étaient aussi françaises, ont été écrasées qu’ils sont pour l’immigration, alors qu’il est manifeste qu’elle en vient à menacer l’identité nationale.
2) Si le nationalisme n’est pas ethnique, il peut s’arranger avec l’immigration.
3) Quel est ce boulot ?


« ensuite « universalisme » qui en fait n’existe pas, pas égal=mondialisme, le christianisme et l’islam sont universels mais pas mondialistes. »
1) Et la DDHC (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen), elle n’est pas à vocation universelle ? Les colonisés ne devaient-ils pas devenir, à terme, des français ? De plus, le christianisme et le l’islam sont des religions, pas des régimes politiques, Ils ont une vocation spirituelle, donc universelle, alors qu’un pays peut être opposé à d’autres pays, il peut avoir des valeurs universelles mais pas une politique à vocation universelle, ou alors de domination universelle.
2) Un mondialiste privilégiera son groupe d’intérêt plutôt que sa patrie. Il y eut des agents des britanniques puis des américains et maintenant d’Israël. Il y a donc bien des républicains mondialistes, comme Manuel Valls. CQFD.


« la langue, ce qu’on consomme en plats régionaux devenus d’avantage nationaux (libre échange entre régions), ce qu’on lit, exaltation des racines gauloises, même couture s’étant d’avantage répandu dans toute la france, migrations interrégionales, etc... et la culture politique aussi, car tu me parles de culture chrétienne pilier de la france. »
1) La langue parisienne a écrasé les langues régionales, qui étaient et restent françaises.
2) Si la culture française n’est pas régionale, car elle devait l’écraser, les plats régionaux ne peuvent pas faire partie de la culture française.
3) La France a commencé avec Clovis, pas avec les Gaulois. On exalte donc ce qui n’est pas français.
4) La couture, les migrations interrégionales et libre-échange entre régions sont liées au commerce et donc au capitalisme, pas à la culture.
5) Effectivement, l’histoire post-révolutionnaire est tragique, cela en fait-il une culture ? Une culture du conflit, dans ce cas.
6) Tu me parles de culture chrétienne ; ce fait culturel est d’abord religieux, vécu comme tel. Ainsi, souviens-tu de la France de De Gaulle : la France n’est pas de culture chrétienne mais de religion chrétienne, ce qui est très différent.
La culture ’française’ que tu cites me semble donc superficielle.


« la culture fr n’est pas républicaine elle existe depuis des lustres la rép n’a fait que la renforcé en province. »

Si je comprends bien, la culture française que tu vantes tant est en fait parisienne. Si la culture parisienne existait depuis longtemps, elle n’a fait donc que la renforcer. Ou alors les Bretons, les Corses, les Réunionnais... étaient-ils moins français culturellement que les Parisiens ? Certes, Paris est liée de manière importante à l’histoire de France, mais elle n’est pas la France.
Excuse-moi, mais cette pensée ressemble à une pensée de colon, où il y aurait des Français de première zone et d’autres de seconde zone.


« la rép n’a fait que boucler le travail de la royauté, la domination culturelle fr doit être totale pour la nation fr, l’identité fr doit primer sur l’identité régionale partout, c’est la rép qui a unit totalement la france par son travail d’union culturel. la culture fr (enrichi des régions) existait avant mais elle était assez faible en dehors de l’ile de frnace et de la région d’oïl, les républicains ont fait en sorte de réduire les différences entre régions. »
1) La royauté n’a jamais eu pour projet d’assassiner les cultures régionales, déjà parce qu’elle n’en avait pas les moyens. De plus, il est ironique qu’un successeur des révolutionnaires, qui ont mis à bas la royauté, s’en réclament pour justifier ce qu’ils font.
2) Tu parles de domination culturelle. Comme un régime impérialiste ? Comme l’empire romain, par exemple. De plus, il y a une américanisation de la société. Donc la domination culturelle française serait... américaine ?
3) Si la France est unie culturellement, pourquoi des Français arborent-ils des drapeaux algériens lors de la victoire de l’Algérie ? Pourquoi y a-t-il des différences politiques fondamentales y compris entre républicains ? Pourquoi l’islam, qui est aussi un fait culturel, est-il présent en France alors qu’il ne fait pas partie de la culture traditionnelle française ou républicaine ?
4) Ainsi, les Français qui ne faisaient pas partie de l’Île de France ou de la région d’oïl n’étaient pas de vrais Français et par gentillesse ils ont été francisés, comme les races inférieures ont été gentiment civilisées par les races supérieures. Comme de nombreux français sont fiers de leurs identités régionales, il est logique que cela pousse au régionalisme, car ils ne sont pas de vrais français, n’est-ce pas ? Pourquoi, dans ce cas, devraient-ils le rester ?


« dans république française il y a le mot « français » et s’est toujours faite avec la même population. »
Faux : tout le monde peut devenir français, des Européens sont devenus français, des maghrébins sont devenus français, des Africains sont devenus français, des Asiatiques sont devenus français, des Américains sont devenus français.
Si vous pensez à une population fantasmée, où le peuple serait toujours semblable à lui-même, et qu’un étranger devient français par la simple acquisition de sa nationalité, alors oui la République s’est toujours faite avec la même population. Et dans ce cas l’immigration massive ne pose pas problème, car des français seront régularisés, et seront français.
Autrement, vous êtes soit dans le mensonge soit dans l’illusion soit les deux, ce qui ne serait pas étonnant vu le passif républicain.


«  bref je suis reconnaissant à la rép car elle a finalisé le travail de construction de la france entamé depuis clovis, sur des bases politiques/ethniques, depuis clovis la france existe mais elle s’est renforcé, consolidé de plus en plus progressivement depuis 1500 ans, la rép a fini le boulot. »
1) En ce moment, la France est plutôt en train d’être détruite. Clovis tentait de la construire, pas de la détruire.
2) La France ethniquement homogène c’est la France de De Gaulle (de religion chrétienne, de culture grecque et romaine...). Aujourd’hui, quelle est l’union politique et ethnique de la France ? Elle est grangenée par l’américanisme, l’atlantisme, la xénophilie, l’islamisme, la cathophobie... d’autre part, les gens ne cessent pas de s’écharper pour des visions de société. Effectivement, si on considère que la culture du conflit est la culture française, alors effectivement la République a finalisé le travail de construction.
3) Donc la France est achevée, parfaite ? Dans ce cas, l’immigration massive est-il un achèvement ? De plus, je ferai une autre remarque : une culture doit être vivante, elle n’est donc pas achevée car elle évolue. Si elle est achevée, elle meurt.
En plus d’être arrogante, cette pensée est dangereuse, car la mort d’une culture signe, à terme, la mort d’une nation ou d’une civilisation.




Je commencerai ma conclusion par une citation de Bossuet : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ».
Vous affirmez, en substance, que la République est la quintessence des régimes politiques, que l’Histoire de France devait mener à la République.
Alors voyons-en les effets : depuis la Révolution, la France a perdu et faussement gagné plus de guerres que la monarchie durant le même laps de temps ; la politique coloniale n’enrichit pas l’Etat français mais des particuliers ; un certain nombre de républicains trahirent la France ; les seuls hommes que la population ait retenu sont Napoléon, qui perdit la bataille finale des guerres révolutionnaires, et De Gaulle qui se fit chasser du pouvoir ; tout ce qui est coûteux est nationalisé et tout ce qui est profitable est privatisé ; le modèle républicain, l’assimilation et l’Etat-providence, est abandonné ; la culture française traditionnelle (religion catholique, culture grecque et romaine, peuple européen), a été abandonnée au profit de la culture actuelle, libérale, consumériste, droitdel’hommiste, mondialiste, immigrationniste, culpabilisante, oublieuse de l’histoire et manichéenne ; un parti républicain, EELV, encourage ouvertement les mouvements séparatistes ; parmi les partis républicains il y a à la fois des partis fédéralistes européens (MODEM) et des partis qui ont abandonné le peuple (PS, UMP) ; nous ne vivons plus en démocratie (forfaiture de 2005) ; la souveraineté de notre pays a été bradée pour un plat de lentilles.

Maintenant, observons de plus près les membres du gouvernement et le président de la présidence Hollande : François Hollande qui n’est plus soutenu que par quelques aficionados et dont la politique est illisible ; Manuel Valls, ancien ministre de l’intérieur et actuel premier ministre, « éternellement attaché à Israël » ; Vincent Peillon, ancien ministre de l’Education, amateur de la théorie du genre et de « la laïcité est une religion laïque » ; Christiane Taubira, ministre de la Justice qui considère que la prison est l’école du crime et que le mariage homosexuel est « une réforme de civilisation » ; Pierre Moscvovici, ancien ministre de l’Economie, affirmait en août 2013 que « l’économie française va mieux » ; Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, qui veut produire français mais qui s’affiche avec une marinière produite majoritairement en dehors du sol français ; Michel Sapin, ministre du Travail, qui affirmait que 0% de croissance au premier trimestre 2014 « ce n’est pas grave » ; Aurélie Filippetti, ancien ministre de la Culture, qui affirmait que Dieudonné « n’est plus un artiste ni même un humoriste » ; Geneviève Fioraso, ancien ministre de l’Enseignement supérieur, qui voulait limiter l’usage du français dans les universités françaises ; Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget qui avait un compte en Suisse.
Et le président Nicolas Sarkozy était un atlantiste forcené, il endetta la France pour renflouer les banques, et sa guerre en Lybie fit bien plus de mal que de bien tant à notre pays qu’à la Lybie ou qu’au Mali.

Vous affirmez que ce n’est pas la République. Qu’elle ne devrait pas être comme ça. Certes. Ce qui mit à bas la IIIe République fut leur incompétence crasse en 1940 et ce qui mit à bas la IVe République fut leur incompétence crasse en 1958.
Charles De Gaulle, le fondateur et le président le plus apprécié de la Ve République s’inspira de la monarchie française pour établir son pouvoir.

Pour finir, je vous conseillerai de relire votre texte car il y a des incohérences flagrantes. Ainsi, vous affirmez que la République a achevé le travail des rois, mais vous critiquez l’immigration massive
Vous affirmez que les provinces n’étaient pas réellement françaises avant d’être francisées par Paris alors les provinciaux étaient chrétiens, l’enseignement s’inspirait énormément de la culture classique (grecque et latine) et l’y on enseignait les Humanités ; il y eut des universités hors de Paris, et un réseau étudiant européen s’était constitué dès le Moyen Âge, cela décrit la France de De Gaulle. Comment définissez-vous la France par rapport au Général ?

Si je parle de la période post-révolutionnaire, c’est parce que la République est une mise en pratique des idéaux révolutionnaires. Les Empires, la Restauration et la monarchie de Juillet, s’ils ont accepté le legs de la Révolution, ont essayé d’exister malgré cet héritage plutôt qu’avec lui, et la France de Vichy tenta de remettre de l’ordre dans le chaos institué par la IIIe République.

Que nous voyons une telle déchéance républicaine à l’heure actuelle n’est pas étonnant, car cette déchéance participe de son existence, et dès lors qu’il n’est plus légitimé que par lui-même il se montre au vrai jour : la 1ère République fut marquée par la Terreur ; la 2nde République fut marquée par la résistance conservatrice ; la 3ème République fut marquée par l’invasion du territoire français ; la IVe République fut marquée par le blocage parlementaire ; la Ve République est marquée par la vente de notre souveraineté à des étrangers.

La République a donc énormément de tares, elle met même en danger la France car dès que l’on met de côté tous les bons sentiments, les mots lyriques et la défense des valeurs républicaine prônés par les républicains sincères et les républicains cyniques et que l’on regarde froidement la réalité, le spectacle est édifiant : précarisation, chômage massif, désespoir, violence, chaos, trahison, mépris du peuple, perte de valeurs traditionnelles, politique incohérente, soumission à une puissance étrangère...

J’espère pour ma part que nous n’aurons pas de VIe République, car au bout d’un certain temps, les problèmes actuels reviendront et seront accentués par d’autres problèmes.

Mais il est possible que je me trompe et que la République n’est pas le problème. Aussi j’aimerais savoir comment savoir vous vous proposez de régler les problèmes, en tant que républicain, que nous avons évoqué durant nos échanges, d’avant-hier à aujourd’hui.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès