• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Primum non nocere Primum non nocere 17 août 2014 19:54

Bon, voilà qui est déjà un brin plus constructif, on va peut-être pouvoir débattre au final, peut-être même sur autre chose que des points d’incompréhension. Magique !

En parlant d’incompréhension, pour clore le sujet : il serait faux et abusif de croire que je puisse « regrettez que les condamnés placés sous bracelet aient le droit de parler librement ». J’énonce le fait que celui qui porte un bracelet n’est par définition plus dans le système restrictif particulier d’une prison sordide, probablement surpeuplée, où les murs comme les co-détenus sont un danger potentiel, et où l’Autorité (omniprésente) est un danger réel. De facto, quiconque sous moniteur peut se déplacer librement dans la limite des contraintes que vous avez très justement souligné. Ce qui implique le facteur risque d’une prise de contact avec les « mauvaises personnes » afin de faire jouer de possibles réseaux. C’était le seul et unique sens de ma phrase, je tiens bien trop à ma propre liberté de m’exprimer où je veux, quand je le veux et avec qui je le veux pour l’interdire à autrui, quel que soit son crime. Voilà quelques précisions qui devraient, je l’espère, vous rassurer.

Vous voulez nous dire que tout ancien détenu muni d’un bracelet électronique peut s’en débarrasser facilement ? Oui, bien sûr que oui, c’est une donnée qui n’est pas citée par l’auteur, et malgré le nombre infinitésimal de cas d’évasion, il faut le faire remarquer !

Un condamné placé sous bracelet électronique est un prisonnier à qui l’institution judiciaire propose de terminer les derniers mois de sa peine à l’extérieur, pour lui permettre d’essayer de se réinsérer plus tôt. Exact, et de souvenir le principe de réinsertion signifie, en somme, permettre au dit prisonnier de reprendre un rythme de vie normal. Ré-intégrer correctement le système social, le cadre professionnel, etc... Donc raccourcis, par chez moi, ça donne On encourage le criminel à continuer sa vie comme si de rien n’était, tout juste 40g en plus à la cheville. Parce qu’en tous les cas, pour moi, encourager un détenu à se réinsérer, c’est l’encourager à reprendre une vie normale. Quitte à risquer, justement, qu’il reprenne de quelconques activités criminelles, ou tente une évasion. Je parle autant de risques statistiques que de ce que j’ai pu croiser de mon côté.

Mon expérience ne prévaut pas, et le sachant, je me suis permis, comme chaque fois avant de commenter, de me renseigner sur lesdits risques, ne me faites donc pas passer pour plus ignorant que je ne le suis (Vous ne connaissez décidément rien au sujet). Mes connaissances sont ce qu’elles sont, mais évitez d’être inutilement désobligeant une fois le premier commentaire passé, c’est limite vexant.

Mon avis, donc, est celui-là : Le système carcéral est déficient et incompétent, le système du bracelet est insuffisant (que ce soit en tant que solution réaliste ou dans les déliriums de l’auteur)
Le problème qui se pose basiquement est que notre environnement social, notre système pénal, nos institutions éducatives ou intellectuelles et surtout nos politiques doivent être changés en profondeur.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès