• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Christian Labrune Christian Labrune 15 septembre 2014 10:23

@redrock
Le problème, avec le conspirationnisme, c’est qu’il présuppose l’existence du Diable et nous renvoie à des visions du monde tout à fait archaïques, faites de « pressentiments » (pour reprendre votre expression), et de rêves prémonitoires. Les ethnologues, à une époque où il existait encore des tribus primitives remarquaient qu’on n’y distinguait pas toujours le rêve de la réalité. Je rêve que mon voisin me veut du mal ; le lendemain, je le rencontre dans la forêt et je lui casse la gueule !

Vous voyez partout des « intentions » malfaisantes. Ce qui arrive en ce moment en Irak serait programmé de longue date par les puissances occidentales dans le cadre d’un projet néo-colonial visant à s’assurer le contrôle des champs pétrolifères. Créer le chaos pour mieux pouvoir ensuite tirer les marrons du feu. Vieille chanson !
La politique des néo-conservateurs américains à l’époque de Bush avait été très interventionniste. Le résultat aura été plutôt catastrophique. Logiquement, Obama aurait dû en rajouter, envoyer encore et encore des troupes américaines dans la région pour y accroître le désordre. Il a fait le contraire, il les retirées, contrairement à l’avis de ceux qui pensaient nécessaire de maintenir une présence minimale. Sa stratégie visait un désengagement progressif plus conforme, pensait-il probablement, aux intérêts de l’Amérique et des peuples de la région. C’était une erreur : les circonstances lui font maintenant obligation d’intervenir, et malheureusement avec un retard qui compromet l’efficacité de l’entreprise.
Il n’y a pas beaucoup d’hommes politiques qui sachent penser l’évolution des choses bien au-delà de la fin de leur mandat. La plupart du temps, ils se contentent d’expédier les affaires courantes en fonction des circonstances. Quand les entreprises de leurs prédécesseurs ont eu quelque succès, ils les imitent. Quand ça n’a pas marché, ils prennent, comme Obama, le chemin inverse, et ça ne marche pas toujours non plus. S’il y a un domaine où la suite dans les idées fait défaut, c’est bien celui de la politique internationale.

Ce n’est ni le bon Dieu ni le Diable qui gouvernent la marche de l’histoire, mais plutôt un hasard résultant de la complexité infinie de facteurs qui entrent en jeu et qui rendent l’évolution des choses incalculable et imprévisible. Les modèles théoriques échafaudés, on le voit bien avec les mouvements de l’économie, s’effondrent les uns après les autres, et il n’est guère difficile de prévoir que les lendemains seront calamiteux, c’est comme ça depuis qu’une ’humanité existe, qui s’appuie depuis le début sur des béquilles sans cesse insuffisantes, sans cesse à perfectionner.
Si vous avez des « pressentiments », achetez une boule de cristal et donnez donc des consultations aux plus obscurantistes des politiciens. Il s’en trouvera ( feu Mitterrand par exemple) pour vous constituer une clientèle. Parce que ces pauvres bougres ne sont assurément pas aussi intelligents que vous le pensez. Ils essaient bien de faire croire, comme Hollande avec ses « chocs » successifs qu’ils savent où ils mettent les pieds (ils ont été élus pour ça) mais ils sont plutôt comme les aveugles de la parabole, qui guident d’autres aveugles. Quand c’est en terrain plat, ça va encore, mais quelquefois, comme dans le tableau de Brueghel, il y a une rivière et des risques certains de noyade.
 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès