• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Bertrand Loubard 11 octobre 2014 22:04

Kagamé aurait dit : "on peut vider un fût rempli d’eau avec une capsule de bouteille de Primus," en parlant de sa stratégie d’élimination de toute opposition. Récemment en paraphrasant d’une manière ignoble le discours du Dr. Denis Mukwege à l’ONU, Kagamé a prononcé, pour la première fois de sa vie, trois mots en français : « Les faits sont têtus ».

Maintenant, à la petite cuillère, pas à pas, est distillée d’une façon inexorable l’effroyable vérité des milliers de « faits têtus » qui convergent vers l’établissement de la culpabilité de Kagamé depuis avant octobre 1990, déjà. Des rapports innombrables aux télex déclassifiés, des déclarations accablantes aux dénonciations des crimes politiques, des faux témoignages aux syndicats de zélateurs, des images satellites au néo-judaïsme, « les faits têtus » sont exhibés et rassemblés. C’est une avalanche de révélations, connues d’autres parts depuis longtemps, par d’aucuns, mais impossibles à camoufler plus longtemps. Ce sont des montagnes d’archives qui ont été enterrées ou falsifiées qui refont jour.

Bien qu’Aldo Aiello ait prédit l’enterrement pure et simple du Mapping Report de Pillay, et a, de la sorte, intimé à la presse main-stream l’ordre de se taire en chœur, l’effort des sites d’informations indépendants commence à s’amplifier…..

VOA, RFI, BBC, VRT….tous ont eu des ennuis avec Kigali, dès qu’ils ont voulu danser un autre pas que celui que Kagamé sifflait. Dans ces milieux, commencerait-on à comprendre ? Peut-on se libérer de l’intox ?

 

"Un fait têtu" : Pourquoi début janvier 1994 l’Ambassadeur de Belgique, dans sa résidence officielle de Kigali, a-t-il reçu Kagamé, en présence de l’Ambassadeur américain (qui devait le lendemain présenter ses lettres de créance au Président rwandais) ? Les services de Kagamé ont fouillé préalablement la résidence officielle de l’Ambassadeur à la recherche de…quoi ?…de micros ? Cela a bien été documenté par la relation qu’en ont faite les enfants de l’Ambassadeur, le lendemain à l’EBK.

Un autre "fait têtu" : pourquoi le 07/04/1994 à 8 heure, à l’époque où Madeleine Mukamabano, française d’origine rwandaise, grande défenderesse de Kagamé, depuis plus de 20 ans, « travaillait » à RFI Afrique, pourquoi a-t-il été annoncé "la mort des trois casques bleus belges dans une embuscade sur la route de l’aéroport" ? Pourquoi ce document sonore ne se retrouve pas à l’INA, bien que l’info a été reprise, avec moins de détails, sur A2 le soir même.

Encore un autre « fait têtu » : Pourquoi l’armée américaine était-elle présente depuis quelques jours avant le 06/04/1994, à Bujumbura. Personne n’a jamais su ce qu’elle faisait là, ni d’où venait ces effectifs. Bill Clinton a signé la « War Power résolution » (signalant au Congrès que le Président autorisait le déploiement des troupes sur le territoire burundais en vue de sauvegarder les intérêts de citoyens américains) le 11/04/1994. Soit de 6 à 10 jours après l’arrivée de ces troupes et près de 3 jours après la fin de l’évacuation des ressortissants américains. Pourquoi Samantha Power dans son livre « Problem from the Hell » écrit-elle : "In fact, in a shocking new revelation, some two dozen US Special Forces were sent on a one-day reconnaissance mission to Kigali within a few days of the begginning of the murder campain". Qui pose la question de savoir ce que ces 24 hommes des forces spéciales allaient reconnaître. S’agissait-il de neutraliser les trois témoins gênants des services de renseignement français. D’exfiltrer trois corps de ceux qui seraient, bel et bien tombés, dans une « embuscade » sur la route de l’aéroport le 07/04/1994 avant 8 heure du matin ?

Last but not least « fait têtu » : Roméo Dallaire aurait tenté de se suicider suite au développement d’un "syndrome du stress post-traumatique". Est-ce sa ghostwriter (Sian Cansfield) qui a écrit dans « J’ai serré la main du diable » : "…Je plongeai dans des pensées sinistres, me demandant si la campagne et le génocide n’avaient pas été orchestrés pour un retour du Rwanda au statut quo d’avant 1959, époque à laquelle les Tutsis dirigeaient tout. Les extrémistes Hutus avaient-ils été plus dupes que je ne l’avais moi-même été ? Dix ans plus tard, je ne peux toujours pas éluder cette troublante question, surtout à la lueur des événements qui, depuis, ont eu lieu dans la région.". (?)

Dans la préface de son livre, Dallaire écrit de Sian Cansfield : « …pendant presque deux ans…..elle s’est littéralement plongée dans tout ce qui pouvait avoir quelque rapport avec le Rwanda…..«  »…J’ai apprécié son amour du Rwanda et de son peuple qu’elle a connu sur le terrain quelques années après la guerre…«  »….aux dernières étapes, alors que le livre prenait forme….un coup de fil m’appris la sinistre nouvelle : elle s’était suicidée"....

Dans le même registre de question sans réponse : Stefan Stec : was a major of the Polish Armed Forces. In 1994 he served as a peacekeeper in the UNAMIR forces in /en.wikipedia.org/wiki/Rwanda" title="Rwanda">Rwanda under general Roméo Dallaire… For his dedication in saving lives during Rwandan genocide at the risk to his own he was awarded the Cross of Merit for Bravery by /en.wikipedia.org/wiki/President_of_the_Republic_of_Poland" title="President of the Republic of Poland">Polish President Lech Wałęsa. He died on September 29, 2005, at the age of 41 due to complications from posttraumatic stress disorder.

Et on pourrait enchaîner, pêle-mêle : Desforges, Gapysyi, Theunis, Lizinde, Kouchner, Gahima, Rice, Sedashonga, Verhoofstadt, Nyamwasa, Michel, Mutebuzi, Koffi Hannan, Nkundabatware, Marchal, Nataganda, Reynders, Nziza, Hourigan, Kabarebe, Del Ponte, Rujugiro, Pierre Richard Prosper, Katabarwa, Allbright, Kesteloot, Warren, Podevijn, Kabuye, Gates, Katabazi….etc., etc.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès