• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


gogoRat gogoRat 20 décembre 2014 17:55

 « Ce n’est pas le luxe qui est condamnable mais le sentiment d’y avoir droit » - cf Jean Rostand

      
    « Nul n’a droit au superflu tant que chacun n’a pas le nécessaire » _ ça c’est un slogan révolutionnaire de 1848 attribué à une certaine Anne-Cécile Robert   

    
Si j’introduis mon intervention ici par ces citations, c’est pour laisser entendre que ma perception morale personnelle est loin de relever d’un « cas » isolé ...       
                            
     Ceci pour en arriver à cette remarque que si l’idée d’une flat tax (en représentations pécuniaires non logarithmiques) peut tout de même présenter un intérêt paradoxal, ce n’est absolument pas parce que le principe de base en serait moralement juste.     

  Au contraire, l’imposition proportionnelle (DONC EXPONENTIELLE !) est parfaitement justifiée par le fait que l’accroissement des revenus, redevable aux infrastructures publiques et au bien public que constitue une relative stabilité et sécurité collective, est de nature exponentielle lui aussi (penser au fait mathématique des intérêts composés : gains exponentiels !)                 
              
Si l’adoption d’une flat tax peut tout de même être envisagée sans rire, c’est d’une part en conséquence d’un constat pragmatique (principe de réalité diraient certains) : dans les faits, l’application de l’ impôt vraiment progressif, qui serait moralement juste, a toujours été une belle mascarade ...
... et, d’autre part, c’est parce qu’au lieu de faire semblant de vouloir imposer la justice, on pourrait faire le pari d’un changement complet de paradigme : 
- la justice d’un impôt progressif n’est pas accessible ? Soit ! Ceux qui sont et seront lésés par cette injustice accepteraient d’en faire le sacrifice ; mais à une condition incontournable : d’une part, en n’admettant pas que la conscience collective se permette de perdre de vue l’injustice morale subie du fait des défauts de partage collectif, mais surtout, d’autre part en opposant à ce sacrifice conscient l’exigence absolue d’une compensation incontournable : que le droit à la vie (et à une vie digne et décente) soit garanti à chaque citoyen. 

C’est en ce sens que JPM est tout à fait fondé d’exiger en compensation un revenu de base inconditionnel ! Et là ne pas s’y tromper : le cadeau serait fait aux riches par les pauvres (par parler simpliste) et non pas l’inverse !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès