• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pluchou Pluchou 3 février 2015 15:39

J’avoue n’avoir jamais compris ce terme de mourir « dignement » lorsqu’on meurt de maladie.


Vous parlez des soins palliatifs mais avez-vous mis les pieds dans un établissement de soins palliatifs ? moi oui. C’est ça qu’on appelle mourir dignement ? Lorsqu’on est plus capable de manger seul, d’aller aux toilettes, de reconnaître ses proches parce qu’on est rongé par la maladie. Les unités de soins palliatifs sont simplement des mouroirs, ni plus ni moins.

Quant à crier à corps et à cris que c’est monstrueux d’évoquer d’avancer de quelques jours une mort irrémédiable, moi ça me fait rire, oui. Parce qu’aujourd’hui, et depuis longtemps dans les hopitaux, lorsqu’on est en phase terminale il y a un moment où l’on vous fait des piqures de morphine pour « soulager » mais qui provoquent en soi la mort.

C’est un peu hypocrite tout cela.
Et j’en parle en connaissance de cause.

Ne pas laisser agoniser des patients je trouve ça plutôt noble personnellement. C’est l’acharnement thérapeutique sur lequel on devrait un peu plus se pencher...

Mais il est évident que chacun voit tout cela différemment, nous avons tous un rapport à la mort très « intime ». 

Et j’ajouterai que l’on parle si souvent des « agonisants » (oui j’utilise ce terme à dessein) que l’on oublie les « accompagnants », et je peux vous assurer que la souffrance morale des accompagnants, les sacrifices, l’oubli de sa propre vie pour celui qui est en fin de vie est un combat bien plus rude que ce que peuvent imaginer certains politiques qui font des lois sans savoir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès