• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


César Castique César Castique 11 février 2015 11:24

"Car malgré toutes les camisoles de papier que sont les traités votés depuis 1986, nous vivons dans des démocraties, et à tout moment, les peuples gardent la capacité de dire « non »..."

 

Un des problèmes de Tsipras, c’est qu’en l’occurrence, le peuple, c’est un peu plus de 1 votant sur 3 et un peu moins de 1 inscrit sur 4. C’est constitutionnellement suffisant, mais numériquement très faible pour jouer au caïd face à Juncker-Merkel-Schaeuble-Katainen.

 

De plus, Tsipras est encore gêné aux entournures, si l’on en croit les sondages, par le fait que les Grecs resteraient très attachés à l’U.E. et à l’euro.


Malgré cela, il lui resterait peut-être encore la ressource de tenter le coup de force anti-U.E. en faisant appel, par-dessus les partis, à l’orgueil des Grecs, à leur nationalisme, a leur rejet des "barbares du Nord"*, pour offrir aux siens, comme Churchill aux Britanniques, le 13 mai 1940 « du sang, du labeur, des larmes et de la sueur ».


"On dit que la démocratie est née à Athènes. Plus de deux mille ans plus tard, c’est au même endroit..."

 

...mais plus avec les mêmes Grecs. Deux mille ans de métissage, ont transformé les Lycurgues en Papandréou, les Solon en Karamanlis et les Périclès en Mitsotakis... On mesure la dégringolade, elle n’incite pas à l’optimisme

 

* Tous les dirigeants politiques dignes de ce nom, savent qu’il est beaucoup plus facile de mobiliser « contre » que de coaliser « pour », l’être humain est ainsi fait.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès