• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


philouie 24 février 2015 14:50

@JL
J’entends bien que vous n’allez pas me suivre sur l’idée de castration.
Il y a dans le mot une violence sans doute inacceptable. Ce que j’aime dans cemot, c’est qu’il contient aussi bien le sens de renoncement que celui de séparation. Mais le mot choque, j’en convient.
 
pour en revenir au propos initial, ce que je vois c’est que la société marchande détruit la place de la mère et la place du père.
La mère et la fonction maternante, le père et la fonction éducative.
Elle le fait au nom de la liberté, mais la réalité c’est qu’elle souhaite la dépendance.
Dans l’analogie avec la castration, ce qui importe ici c’est de voir sa valeur en tant que sevrage, c’est à dire capacité à séparer de la mère que le pouvoir marchand refuse puisque c’est lui qui joue ensuite le rôle de la mère. on ne tête plus le sein, mais la grande surface ou l’état providence. Il s’agit d’une aliénation qui se fonde sur l’illusion de la liberté.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès