• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


njama njama 17 mars 2015 17:31

dsl pas le temps pour des contributions,
pour vous donner des pistes
Je ne prétends pas que toutes ces hypothèses soient justes, mais les analogies sont à la fois évidentes et passionnantes
Les secrets de l’Exode, l’Origine égyptienne des hébreux
de Messod et Roger Sabbah

une thèse, qui prolonge les intuitions de Champolion et de Freud sur l’origine Egyptienne des hébreux.

Existe en poche
4° de couverture : Mot de l’Editeur dans l’Edition broché

Peu après la disparition d’Akhenaton, le pharaon adorateur d’Aton, vers 1344 av. J.C., sa capitale Akhet-Aton, l’actuelle Tell el-Amarna, est désertée. C’est la fin du monothéisme en Egypte. Ce n’est pas pour autant la fin du Dieu unique
Messod et Roger Sabbah, deux chercheurs hébraïsants, ont découvert après vingt ans d’études le message caché de la Bible : le peuple Hébreu, celui de l’Exode, celui dont on ne trouve aucune trace dans l’Egypte historique, n’est autre que la population d’Akhet-Aton chassée par le Grand Vizir, qui régna peu après Toutankhamon sous le nom de pharaon Aï. Déportés en Canaan, province égyptienne située à quinze jours de marche de la vallée du Nil, les prêtres et les notables monothéistes fondent, quarante années après la campagne militaire de Toutankhamon, le royaume de Yahouda (la Judée).
Messod et Roger Sabbah découvrent de troublantes analogies entre l’alphabet hébreu et l’écriture hiéroglyphique, entre la Genèse et la cosmologie égyptienne. Ils montrent que les noms des personnages de la Bible, Abraham, Moïse, Aaron, Josué, Sarah, Laban, dissimulent les noms et les titres royaux des pharaons de la XVIIe dynastie. Ils retrouvent transcrit le nom d’Akhenaton dans la Bible, notamment grâce à l’histoire de l’ânesse de Balaam qui proclame : « Anokhi Atone-Kha », ce qui veut dire : "Je suis ton Dieu Aton« , qui deviendra »Anokhi Adonaï", Je suis l’Eternel ton Dieu". Grâce à la Bible, la quintessence de la sagesse égyptienne est parvenue jusqu’à nous, portée par la tradition orale de ceux qui se firent appeler les Hébreux.
----------------------------
Existe en poche
Résumé

Jadis, Freud avait pensé que Moïse n’était peut-être pas hébreu, mais plutôt égyptien. Depuis lors, les progrès de la recherche archéologique ont ratifié cette audacieuse hypothèse. Pour les auteurs du présent ouvrage, non seulement Moïse n’était pas hébreu mais Abraham ne l’était pas davantage. L’un et l’autre, de surcroît, étaient des pharaons.
Les Hébreux ne furent jamais esclaves des Egyptiens et le « peuple élu » était tout simplement composé des habitants (égyptiens) de la ville sainte d’Akhet-Aton.
Messod et Roger Sabbah montrent bien que la Genèse reproduit la cosmologie égyptienne, que l’alphabet hébreu tire son origine des hiéroglyphes égyptiens et que les personnages historiques de l’Ancien Testament sont en fait des personnalités de l’histoire égyptienne. En creusant l’histoire du monothéisme, les auteurs ont exhumé des épisodes fort romanesques : récits d’amour et d’aventures, de meurtres et de trahison, non exempts de fanatisme, qui se déroulèrent dans le grand royaume de la Vallée du Nil. Les Secrets de l’Exode nous convient à une lecture nouvelle de l’Ancien Testament et à la découverte de l’histoire véritable, incluse au sein de la tradition biblique.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès