• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Henrique Diaz Henrique Diaz 7 juin 2015 09:26

@Jean J. MOUROT
L’argument habituel des pédagogistes est que les méthodes traditionnelles produisaient beaucoup d’inégalité sociale. C’est encore le leitmotiv de la réforme de NVB : il faut finir de casser ce qui marchait encore un peu. Mais si effectivement on envoyait en apprentissage très tôt, cela permettait à ceux qui n’aiment vraiment pas étudier de ne pas perdre leur temps à subir des cours qui mettent en évidence chaque jour un peu plus leur manque de goût pour l’étude.

Aujourd’hui, l’élève peu impliqué dans les études va venir au collège uniquement pour accroître son désintérêt pour les connaissances abstraites et livresques jusqu’à la troisième. S’il a l’intelligence de comprendre qu’il faut qu’il s’oriente dans l’enseignement professionnel, il pourra être pris en CAP mais il ne sera pas pris au lycée professionnel car c’est désormais l’enseignement sélectif : plus coûteux que le lycée polyvalent, les places y sont chères, il faut avoir montré de l’investissement au collège pour y avoir une place. Donc il va continuer d’apprendre le métier de chômeur consommateur au lycée polyvalent, où on le fera passer sans aucune exigence dans les classes supérieures pour lui donner le bac au rattrapage, voire sans mention, voire même avec mention AB s’il est un peu doué quand même dans une seule matière.

Ensuite, comme le dit l’auteur, quand le collège unique est arrivé, il y avait des gardes fous, qui permettaient à l’école de s’adapter à la diversité des profils de ses élèves, et tous ces gardes fous ont ensuite été supprimés un à un. 

Concernant l’école primaire comme l’ensemble du secondaire d’ailleurs, ce n’est pas tant une question de méthode globale que d’esprit de l’enseignement. Si on veut à tout prix que l’enfant apprenne sans difficulté, comme si la difficulté était nécessairement déplaisante, on fera en sorte de supprimer les enseignements difficiles et peu attrayants par eux-mêmes, comme la grammaire pour le remplacer par des exercices ludiques où l’enfant est censé découvrir par lui-même les règles qui lui permettront de progresser, exercices qui resteront toujours moins attrayants que les consoles de jeu et très aléatoires en dernière analyse quant aux résultats.

Bien plus que les méthodes ou les programmes, c’est l’organisation de l’enseignement qui est porteur de cet esprit : un professeur des écoles aujourd’hui doit à ses élèves une « étude » de l’anglais, du civisme, de l’écologie, d’informatique et des sorties « pédagogiques ». Aussi, même s’il essaye de privilégier les enseignements fondamentaux, le professeur des écoles ne pourra pas aider ceux qui sont en difficulté à passer le cap. Et il n’aura tout simplement pas le temps de faire de la grammaire, de faire réciter des poésies ou du calcul mental. Et comme il est devenu pratiquement impossible de le faire redoubler, l’élève comprendra très vite qu’il n’a pas besoin d’apprendre sérieusement pour "continuer l’aventure". Rétablissez le redoublement, les heures de français, de mathématiques et d’histoire, revenez à la culture du plaisir du dépassement de soi par l’effort et les choses iront beaucoup mieux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès