• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


astus astus 7 septembre 2015 18:53

Merci à l’auteur,


Pour cet article bien documenté qui lui a probablement demandé pas mal de travail.
 
Il me semble en effet pertinent d’écrire que « connaître les supports cérébraux d’un processus cognitif ne revient pas automatiquement à l’expliquer ». Il y a là en effet une faille méthodologique et épistémologique dans laquelle les neurosciences s’engouffrent un peu vite. Et le public peu informé de ces questions (c.a.d. 99% des gens) n’est pas en reste devant de si belles images en couleur censées nous montrer les pensées d’autrui que l’on va bientôt pouvoir lire en direct ( quel bonheur !).
 
Le projet de l’Human Brain Project qui nous coûte plus d’un milliard d’euro est à cet égard tout à fait significatif de ce scientisme béat, mais politiquement orienté, en faisant croire que l’observation de colonnes corticales de rat (quelques milliers de neurones) va permettre de comprendre la pensée humaine si on la modélise de manière informatique. Le problème est qu’un ordinateur ne fonctionne pas du tout comme la pensée humaine (a fortiori celle des rats).
 
Le premier est une machine idiote et sans conscience, mais un calculateur très rapide, alors que la pensée est un processus associatif principalement conscient, mais beaucoup plus lent et sujet à l’erreur, qui se nourrit des liens perceptions et souvenirs pour établir d’autres liens avec ses semblables et créer ainsi sans cesse des choses nouvelles.

Quant à l’application directe de ces prétendues études scientifiques à la pédagogie, il s’agit ni plus ni moins d’un processus orwellien, dans le cadre d’un transhumanisme actuel aussi fantaisiste que fou.

Bien à vous. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès