• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


krokodilo (---.---.209.141) 11 janvier 2007 18:36

Comme l’autre article d’aujourd’hui sur l’Europe, vous oubliez le problème de la langue. Si à sa création et dans les années qui ont suivi, il était (relativement) imaginable que le problème du barrage linguistique entre européens se voie réglé une fois tous les européens devenus trilingues, cette illusion a vite montré ses limites dans l’Europe des 25.

Une analogie : que serait la France si tous les français ne pouvaient se comprendre ? Si le parlement était truffé d’interprètes et si, lorsque manqueraient des interprètes corse-breton, on passait par une langue pivot, corse-occitan suivie d’une retraduction occitant-breton ? parce que le fonctionnement de l’UE, c’est ça ! Ou plutôt c’est ce qu’on veut nous faire croire, car en réalité, c’est l’anglais, de plus en plus.

La vraie question est : voulons-nous de l’anglais comme lingua franca de l’Europe ? Car c’est vers ça que nous conduisent nos dirigeants sans oser nous le dire, avec la complicité de nos « élites » françaises qui, pour la plupart, ont abandonné toute idée de défense de la langue française, et vont jusqu’à accepter silencieusement (honteusement ?) qu’on finance France 24, une télé en anglais. Tout article qui traiterait du fonctionnement de l’UE sans évoquer ce difficile problème de la barrière des langues occulte une difficulté majeure.

On lit toujours que l’Europe n’a pas d’âme, qu’il manque un projet fédérateur, etc. Le projet, le voilà : pour donner une âme à l’Europe, donnons-lui une langue auxiliaire commune : l’espéranto, dans un vrai respect de la diversité des langues et des peuples, ou chacun fait un pas vers l’autre, alors qu’avec l’anglais, les non-natifs seront toujours en situation d’infériorité, aussi bien dans un contexte professionnel que dans une simple conversation. Sinon, ce sera l’anglais, prochainement commencé au cours préparatoire à un âge où le français est très loin d’être acquis...

On court vers notre perte tout en marchant sur la tête, ce qui n’est pas facile, avouons-le !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès