• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


roman_garev 25 janvier 2016 07:54

@Pierre

L’article d’Atlantico, c’est bon pour le public occidental.
Pour essayer de connaître Sourkov et son rôle, il faut vivre en Russie. Pour le moins, lire en russe, p.ex. ici (suivre aussi des liens multiples en bas du dossier) et ici.
Dans les années 90 on le voit au service des oligarques les plus répugnants, y compris Khodorkovsky.
Il serait un technologue politique plutôt qu’un idéologue.
N’oubliez pas l’essentiel : il a été viré par Poutine de son poste du vice-premier pour devenir quelques mois après un aide du Président chargé des questions de l’Ukraine, de Georgie-Abkhasie-Ossétie du Sud, tous étant loin d’être primordials à l’époque.
Vladislav Sourkov (né Aslanbek Doudaev, du pere Tchétchène qui a quitté sa femme et son fils, lesquels ont ensuite quitté la Tchétchénie), a été très impopulaire pour avoir créé les termes fameux de « démocratie souveraine », de « verticale du pouvoir », du mouvement artificiel des jeunes « Les Nôtres » (« Наши », tout de suite appelés dans le peuple « nachistes », on comprend l’allusion). C’est surtout pour cela qu’il a été « honoré » d’être inclu dans la liste occidentale de « sanctionnés ».
Un personnage très trouble et généralement haï de par tous les côtés, souvent diamétralement opposés.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès